Bruxelles en rose : balade enchantée sous les cerisiers en fleurs

En avril , certains quartiers de ma ville célèbrent le printemps de façon spectaculaire. Les cerisiers du Japon y fleurissent un peu partout dans les jardins et  les espaces verts mais aussi au fil des rues et des avenues. Bruxelles en rosit de plaisir.

Avril 2021. Depuis quelques jours de nombreuses rues, parcs et squares de Bruxelles sont un véritable enchantement pour les yeux. Et les passants, nez en l’air, sourire aux lèvres, ralentissent le pas pour admirer l’incroyable explosion florale des cerisiers du Japon.

Avril : le mois des cerisiers en fleurs

Les prunus serrulata fleurissent en général vers la mi-avril. Mieux vaut alors en profiter dès l’apparition des premiers pompons car cette superbe floraison est éphémère. Deux semaines tout au plus si les conditions météo sont favorables (pas de vent, ni de pluie).

Bruxelles et ses pompons roses

Depuis quelques jours, je sillonne les communes de ma ville à la recherche des plus beaux ensembles de cerisiers. Ici, c’est la variété Kanzan qui est traditionnellement plantée par les instances communales même s’il existe bien d’autres prunus serrulata. Plus de 400 variétés en tout. À fleurs blanches ou roses, doubles ou non, solitaires ou réunies en boules ou en ombelles.

Au Japon : sakura et hanami

Saviez-vous qu’au Japon, la fleur de cerisier, sakura, célébrée dans tout le pays depuis des siècles, est associée à la tradition du hanami, littéralement « la contemplation des fleurs de cerisiers », qui trouve son origine dans un courant philosophique qui prône la beauté des choses éphémères ?

Comme la pleine floraison des cerisiers est très courte, entre 3 et 5 jours maximum, les Japonais ont créé une carte météo avec la date prévue de floraison des cerisiers dans chaque région du Japon !

Les cerisiers en fleurs à Bruxelles, quartier par quartier

Cette année, plus que jamais, je me suis prise d’une véritable passion pour ces adorables boules roses qui symbolisent si bien l’exubérance du printemps et sa promesse – tant attendue – d’une nouvelle vie, d’un renouveau. C’est peu de dire que cette année nous avons tous vraiment envie de voir la vie en rose !

Voici quelques lieux bruxellois où admirer cette beauté éphémère que nous offre dame nature.

Etterbeek

Commençons par ma commune, au plus près de chez moi. On y trouve déjà quelques ensembles remarquables.

En ces journées ensoleillées, la place du Roi Vainqueur, jusqu’ici plutôt austère, se métamorphose. Car les nombreux cerisiers ont démarré leur floraison spectaculaire.

Un peu plus loin, de l’autre côté de la Chasse, l’avenue Jules Malou, qui fait face à l’église Saint Antoine de Padoue, offre une jolie perspective, même si on aimerait pouvoir effacer les voitures et camionnettes garées le long de la voirie.

Forest

Hier matin, j’ai pris ma voiture pour explorer d’autres coins de Bruxelles qui me semblaient de bons candidats pour héberger des sakuras.

Dans la commune de Forest, j’ai bien sûr trouvé quelques beaux spécimens dans le Parc Duden et dans l’un ou l’autre square …

… mais c’est vers l’altitude Cent, un des points hauts de Bruxelles (qui offre d’ailleurs une vue intéressante sur la ville), que j’ai trouvé mon bonheur !
Ici, la rue Alexandre Bertrand offre, l’espace de quelque jours, un écrin rose à l’église Saint Augustin qui la domine.

Laeken

Les nombreux parcs de la commune de Laeken recèlent bien entendu quelques beaux spécimens de prunus. Le photographe averti en profitera pour immortaliser de jolie manière l’Atomium ou la Pagode japonaise.

Pour ma part, ce sont les jeunes cerisiers du Parc Sobieski que je voudrais saluer ici. Plantés de-ci, de-là au milieu d’une prairie aux mille fleurs printanières, ils sont un vrai régal pour les yeux et le coeur ! Et les bancs qui émaillent le parcours invitent bien à propos à un moment méditatif.

Schaerbeek

Dans les rues de Schaerbeek, ce sont une fois encore des prunus Kanzan que l’on peut admirer. Souvent plantés au début du siècle dernier, leur port évasé ploie sous une multitude de boules roses à grandes fleurs doubles.

Bon à savoir : Jadis, on trouvait à Schaerbeek un très grand nombre de cerisiers acides (prunus cerasus). Et la cerise de Schaerbeek, une petite griotte acidulée, était l’ingrédient clé de la Kriek Lambic, une bière aux arômes fruités et au goût inimitable, chère aux « echte brusseleirs » … qui n’a rien à voir avec les produits que l’on trouve dans le commerce aujourd’hui.  Un programme de réintroduction de ces cerisiers dans la commune est en cours.

Dans le bas de Schaerbeek, entre la gare et le square François Riga, les espaces verts ont revêtu leurs plus beaux atours. Jeunes et moins jeunes se livrent au jeu des selfies, titillés par ces couleurs joyeuses. Certains, plus téméraires, tentent même de cueillir un pompon en souvenir de ce moment si rare.

Ici, même les travaux urbains se déclinent en rose – bleu – jaune. Et l’on se prend à remercier les ouvriers communaux d’avoir si bien protégé ces arbres vénérables.

Je me dirige ensuite vers le Parc Josaphat, où m’accueille une arche de jeunes cerisiers très prometteuse (entrée à l’angle de l’avenue Louis Bertrand). Un bien joli spectacle, une fois de plus.

Dans le haut de Schaerbeek, à quelques encablures de la place Meiser, un autre quartier offre le plus beau des spectacles. Autour du Square Eugène Plasky, les avenues du Diamant et Emile Max rivalisent de beauté …

Si vous passez par là, prenez le temps d’admirer les façades et les détails architecturaux qui s’accordent magnifiquement avec la floraison des cerisiers.

Watermael- Boisfort

Dans cette commune de la périphérie bruxelloise, près de 4.000 cerisiers du Japon bordent les rues des cités-jardins du Logis et de Floréal. Certains plus jeunes que d’autres.

Plantés lors de la création des cités-jardins, dans les années 1920, beaucoup ont depuis été remplacés. En effet, la durée de vie de ce type de cerisiers n’excède pas 80-100 ans.  En 1998, l’entretien et le remplacement des cerisiers a d’ailleurs fait débat. On parlait tout de même d’un budget de 200 millions (de francs belges – soit 5 millions d’euros) !

Au printemps, les cités-jardins sont un véritablement enchantement. La plupart des rues et des places sont bordées de cerisiers du Japon, majoritairement à gros pompons roses mais aussi d’autres variétés, blanches ou rose pâle.

Woluwe-Saint-Lambert

J’ai passé toute mon enfance dans cette commune de Bruxelles proche de la campagne. C’était d’ailleurs bien plus vrai dans mes jeunes années. À cette époque, certaines rues n’étaient encore que des chemins de terre traversant des jardins potagers.

Aussi loin que remontent mes souvenirs, je me rappelle de la profusion de pompons roses et des pluies de pétales le long des belles avenues du quartier. Elles portaient d’ailleurs bien leur nom : avenue des Cerisiers ou avenue de Mai.

Aujourd’hui encore, l’avenue de Mai offre un spectacle unique avec sa longue allée centrale plantée de cerisiers.

Ici s’achève cette balade urbaine aux couleurs du printemps. J’ai repris les différents endroits sur une carte pour que vous puissiez vous repérer.

Il existe certainement bien d’autres endroits à Bruxelles où profiter de la magnifique floraison des cerisiers du Japon. N’hésitez pas à m’en faire part en commentaire. Je pourrai ainsi ajouter quelques clichés à ma collection.

La beauté de la terre se crée elle-même, à chaque minute. Ce qu’il y a de prodigieux en elle, c’est qu’elle est éphémère.

Jean Giraudoux  (Amphitryon 38)

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.