,

48h à Aix-la-Chapelle : les incontournables

En décembre dernier, nous avons pris prétexte du marché de Noël pour visiter Aix-la-Chapelle. Située au carrefour de trois pays (Belgique, Allemagne et Pays-Bas), Aachen est avant tout la ville de Charlemagne. Mais c’est aussi une station thermale appréciée depuis l’antiquité et, pour les amateurs de douceurs, la capitale des Printen !   

Décembre 2021. Visiter une ville qui abrite un marché de Noël ne suffit pas à justifier un citytrip. Heureusement, Aix-la-Chapelle a bien d’autres atouts et atours. Charlemagne ne s’y était pas trompé ! Il en a fait la capitale de son vaste empire en 794.

Suivez-moi, je vous fais découvrir quelques lieux clés de cette ville surprenante.

La cathédrale d’Aix-la-Chapelle

Nous commencerons notre visite par l’un des bâtiments emblématiques de la ville : la cathédrale (Aachener Dom). Elle est à ce point remarquable qu’elle fut le premier édifice allemand inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1978. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne ressemble à aucune autre cathédrale que nous avons visitée ces dernières années. Il faut dire qu’elle puise ses influences dans un passé lointain ! En effet, à la fin du 8e siècle, Charlemagne crée à Aix-la-Chapelle un immense complexe palatial, dont il ne subsiste que la chapelle palatine, qui a donné naissance à la cathédrale que nous pouvons admirer aujourd’hui.

Charlemagne fait construire sa „Marienkirche“ (Notre-Dame d’Aix-la-Chapelle) comme une image parfaite de la Jérusalem céleste, symbole du contact entre l’existence terrestre et l’existence céleste. Après environ 20 ans de construction, elle trouve en 803 son achèvement architectural et liturgique.

La construction de la cathédrale s’étend du début du Moyen Âge à la fin des temps modernes. C’est ce qui explique sa structure hétérogène, influencée par les styles artistiques et architecturaux de différentes époques et par les multiples remaniements, démolitions et ajouts qu’elle a connus.

La chapelle palatine

On pénètre dans la cathédrale par un porche du 18e, donnant accès à la partie carolingienne, flanqué de deux tours à escaliers et surmonté depuis le 19e siècle d’un clocher néogothique. Les panneaux de bronze formant la porte d’entrée, surnommée la Porte du loup (Wolfstür), furent forgés vers l’an 800 à Aix-la-Chapelle. 

L’octogone carolingien auquel on aboutit, était autrefois la chapelle du palais royal d’Aix-la-Chapelle. C’est l’exemple architectural le plus important de la Renaissance carolingienne. Le décor est à ce point grandiose et riche qu’on ne sait plus où tourner les yeux !

Construit entre 796 et 805 par Odo de Metz, cette partie s’inspire de l’église San Vitale de Ravenne et se base sur un plan octogonal à deux étages. Autour de l’octogone intérieur court une galerie à 16 côtés, au-dessus de laquelle se trouve une galerie haute formant tribune, appelée Hochmünster (cathédrale haute), qui abrite le maître-autel et le trône impérial. Cette zone était reliée au palais par un couloir de communication.

L’originalité du bâtiment tient à ses nombreuses influences : emprunts byzantins pour les mosaïques, coupoles et le plan octogonal ; influences romaines pour la mosaïque au sol, les chapiteaux corinthiens et art carolingien pour la décoration des grilles, les portes en bronze, etc.  

Le chandelier de Barberousse

Un lustre circulaire monumental (4,16m de diamètre) éclairait jadis la chapelle. Ses quarante-huit cierges sont encore allumés lors d’occasions solennelles. Don de Frédéric Ier Barberousse vers 1165, ce lustre est suspendu à une chaîne de 27m de longueur. Avec sa forme octogonale, il épouse parfaitement l’architecture du lieu. Sa symbolique et son inscription font référence à la Jérusalem Céleste.

Mosaïque de la coupole

La coupole était à l’origine entièrement couverte d’une grande mosaïque représentant le Christ en majesté, entouré par les Vieillards de l’Apocalypse. La mosaïque actuelle remonte à 1880-1881.

L’intérieur de la Chapelle est embelli par des colonnes antiques que Charlemagne fit probablement venir de Rome et de Ravenne.

Le Pala d’Oro

L’avant du maître-autel est orné d’un antependium en or datant du début du 11e siècle. Il consiste en dix-sept panneaux en relief et repoussé. Au centre, dans une mandorle, le Christ sauveur, entouré de la Vierge et de l’archange Michel.   

Le trône de Charlemagne

Au premier étage, à l’opposé du chœur, se trouve le trône de Charlemagne. Uniquement accessible (tout comme l’intérieur du chœur gothique) lors d’une visite guidée.

Charlemagne lui-même ne fut pas couronné à Aix-la-Chapelle ; il reçut la couronne royale à Noyon en 768 et la couronne impériale à Rome en 800. Toutefois de 936 à 1531, 31 monarques allemands vinrent prendre place sur ce trône après la cérémonie du sacre devant le maitre-autel, dit « autel de la Vierge ».

Le chœur gothique

À l’est de la chapelle octogonale, le chœur gothique des 14e et 15e siècles est particulièrement impressionnant. Il mesure 25m de long, 13m de large et 32m de haut et est surnommé la « maison de verre » (Glashaus) car sa surface vitrée couvre plus de 1000 m². Son plan a pour modèle la Sainte-Chapelle de Paris également destinée à accueillir des reliques importantes et à servir de chapelle royale.

Reliquaire dit de Vierge (1238)

La châsse de la Vierge, unique en son genre, fait partie des plus importantes pièces d’orfèvrerie du 13e siècle (avec plus de 1000 pierres précieuse) !

Châsse de Charlemagne (1182 et 1215)

Depuis 1215, cette châsse abrite les ossements de Charlemagne, canonisé en 1165. Sur les côtés, 16 statuettes de souverains. Les reliefs des plaques du toit montrent des scènes de la vie de saint Charlemagne.

Les châsses attirèrent au cours des siècles des pèlerins de toutes les régions du royaume. Ainsi, Aix-la-Chapelle parvint au moyen âge à s’établir en tant que ville de pèlerinage de très grand intérêt. De nos jours, les quatre Grandes Reliques sont encore montrées tous les sept ans aux fidèles.

Les chapelles latérales

Autour de l’octogone carolingien se trouvent plusieurs chapelles latérales qui ont été ajoutées au fil des siècles, car l’ancienne chapelle palatine ne pouvait contenir le flux croissant de pèlerins venus de toute l’Europe.

La cathédrale de tous les superlatifs

  • Le dôme octogonal culmine à 32 m
  • 30 rois allemands y furent couronnés  
  • 32 millions de mosaïques utilisées pour la chapelle palatine
  • 1000m² de vitraux illumine le chœur de la cathédrale
  • Âgée de plus de 1200 ans, c’est l’une des plus anciennes cathédrales d’Europe

Le trésor de la cathédrale

Également inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, le trésor de la cathédrale est situé juste à côté, dans des locaux reliés au cloître de la cathédrale. On y trouve des objets d’art sacré de plusieurs époques, depuis l’antiquité jusqu’au gothique tardif.

Entre autres pièces maîtresses, on peut y admirer le sarcophage de Proserpine (3e siècle), dans lequel Charlemagne fut enterré, une croix de Lothaire (984), le retable d’Aix-la-Chapelle, le reliquaire des trois tours, ainsi qu’un impressionnant buste de Charlemagne.

L’hôtel de ville

Autre monument phare du centre historique d’Aix-la-Chapelle, l’hôtel de ville, construit au 14e siècle en style gothique, repose sur les fondations de l’ancien palais impérial, dont il ne reste aujourd’hui que la tour Granus à l’est. Plusieurs fois remanié par suite de dégradations, démolitions ou incendies, le style du Rathaus a ainsi évolué au fil des siècles, passant du gothique (à l’origine) au baroque (au 17e) pour revenir au gothique au 19e siècle.

Pas facile de photographier le Rathaus en entier car le marché de Noël l’entoure et le cache partiellement.

La façade nord de l’hôtel de ville, orientée vers la place du marché, est impressionnante avec ses 60 statues d’empereurs et de rois allemands (jadis peintes et partiellement dorées !).

Depuis 2009, certaines salles historiques de l’hôtel de ville se visitent. Les salles du rez-de-chaussée sont surtout intéressantes pour leur aménagement ancien.

  • La salle du conseil (où se réunit encore aujourd’hui le conseil communal) est impressionnante avec ses plafonds peints datant de la Renaissance et ses portraits de Charlemagne et d’autres souverains.
  • La salle blanche, somptueusement aménagée par des stucateurs italiens, servait de petite salle des fêtes.
  • La salle rouge (salle du traité de paix) où l’on trouve 4 portraits des ambassadeurs impliqués dans la négociation du traité de paix qui mit fin à la guerre de Succession.

Au fond du hall d’entrée, un portail néogothique mène au majestueux escalier d’Ark, construit en 1840. À chaque palier, vue imprenable sur la cathédrale … et sur le marché de Noël.

Tout en haut, la salle des couronnements est immense et unique en son genre : 45m de long sur 18,5m de large. En 1349, elle constituait la plus grand salle profane du Saint-Empire romain germanique.

Jusqu’au dernier sacre aixois en 1531, cette salle accueillit les banquets de couronnement impérial. Le roi y trônait au milieu de ses sept princes-électeurs. Aujourd’hui encore, c’est dans cette vaste salle qu’est décerné chaque année le prix Charlemagne.

Quatre fresques d’Alfred Rethel immortalisent sur de larges pans de murs différents événements liés à Charlemagne : la visite du tombeau de Charlemagne par Otton III, la chute d’Irminsul, la bataille de Cordoue, l’arrivée triomphante de Charlemagne à Pavie.   

Les fortifications médiévales

Il ne reste pas grand-chose des murs d’enceinte datant du 13e siècle. Seules de petites sections ont survécu, et sur les 23 tours de guet, seules 2 portes et 5 tours de guet subsistent à ce jour.

  • La Ponttor, une des portes nord. Très bien conservée, la tour actuelle qui date du XVIIe siècle a été construite sur une tour plus ancienne du XIVe siècle.
  • La Marschiertor date du XIIIe siècle. C’est l’une des portes de ville les plus impressionnantes encore conservées en Europe occidentale.

Le circuit Charlemagne dans la vieille ville

Pour visiter la vieille ville, rien de tel que de marcher dans les pas de Charlemagne. En suivant ses traces sur les pavés de la vieille ville (clous cuivrés à son monogramme), vous découvrez les incontournables de la ville.

Un petit guide (en français) « Découvrez Aix-la-Chapelle avec Charlemagne » est disponible à l’office de tourisme situé dans l’Elisenbrunnen.

Les sources thermales d’Aix-la-Chapelle

Aix-la-Chapelle est connue depuis plus de 2000 ans pour ses sources chaudes. Elles étaient déjà utilisées par les Romains à des fins de cure et ont grandement contribué au développement économique et politique de la ville. D’ailleurs, la ville doit son nom à cette eau bénéfique, puisque Aachen dérive du latin aqua et du germain ahha.  

Sources et fontaines

On dénombrait jadis plus de 30 sources thermales à Aachen. Et les quatre sources encore utilisables aujourd’hui comptent parmi les plus chaudes d’Europe. Par ailleurs, quelques 60 fontaines animent et décorent les rues et les places de la cité.

Avec sa rotonde caractéristique, la fontaine d’Elise (Elisenbrunnen) est l’emblème de la ville thermale. L’édifice néoclassique du 19e abrite deux sources d’où coule une eau à 53°C. Fortement endommagé lors de la Seconde Guerre mondiale, le bâtiment a été restauré à l’identique en 1953.

© Simon /fotolia.com

Sur notre chemin entre la cathédrale et l’hôtel de ville, nous croisons une curieuse petite fontaine : la fontaine des poupées (Puppenbrunnen). Créée en 1975 par le sculpteur Bonifatius Stirnberg, elle comporte plusieurs personnages aux articulations mobiles qui représentent les traditions de la ville : Science, Équitation, Industrie textile et Carnaval.    

Près de la cathédrale, sur une autre petite place, c’est la charmante fontaine aux moineaux (Möschebrunnen) qui retient notre attention. Une des rares fontaines à boire (Trinkbrunnen) du centre-ville.

Devant l’hôtel de ville, on découvre la fontaine la plus ancienne de la ville, connue sous le nom de fontaine du marché (Marktbrunnen) ou fontaine de Charlemagne (Karlsbrunnen). En 1792, la statue de Charlemagne fut emportée par les Français comme butin de guerre, avant d’être récupérée en 1804. Depuis, une réplique se dresse dans la cuvette en bronze de six tonnes.  

Dans le parc d’Elise (Elisenpark) à l’arrière de la fontaine d’Elise, une autre fontaine intrigue : la fontaine du Cycle de l’argent (Kreislauf des Geldes). Cinq personnages en bronze se passent de l’argent de main en main. Ils symbolisent tour à tour la cupidité, l’avidité, la générosité et la mendicité, tandis que la petite fille assise au bord de la fontaine représente la pureté. Comme l’argent, l’eau de cette fontaine coule toute l’année car elle est alimentée par les sources thermales.

Thermes Carolus

À deux pas du centre, les thermes Carolus sont prisés des touristes et des habitants. L’eau provient de deux sources différentes, l’une à 38°et l’autre à 18°C. Idéal pour se détendre dans les bassins intérieurs et extérieurs.

© Carolus Thermen

Le marché de Noël

Passons à présent à l’attraction principale de ce mois de décembre : le marché de Noël ou Weihnachtsmarkt.

Resserré autour de la cathédrale et de l’hôtel de ville, le marché de Noël d’Aix-la-Chapelle attire près d’1,5 million de visiteurs chaque année, dont de nombreux « voisins » venus de Belgique, des Pays-Bas et même de France. Pourtant la concurrence est rude dans cette région d’Allemagne : Cologne, Dortmund ou Montjoie ne sont qu’à une heure de route tout au plus. Mais les restrictions liées au Covid ont quelque peu chamboulé tout ce secteur (de nombreux marchés – comme celui de Montjoie – étant purement et simplement annulés).   

Même sous haute surveillance, l’Aachener Weihnachtsmarkt continue à attirer du monde. C’est d’ailleurs un marché traditionnel qui ravira les amateurs du genre. Les places et ruelles aux alentours de la cathédrale et de l’hôtel de ville se transforment pendant 4 semaines en village féérique et festif. Les lumières scintillent, les effluves de vin chaud et les odeurs croisées des multiples stands de nourriture saturent l’air jusque tard dans la nuit.  Une multitude de jolis chalets en bois blonds y proposent objets décoratifs ou artisanaux, nourritures salées ou sucrées et boissons, et bien sûr … des montagnes de Printen !

LA spécialité de Aachen : les Printen

Impossible de visiter Aix-la-Chapelle sans goûter aux fameux Aachener Printen. Partout dans la vieille ville et en toutes saisons, vous trouverez d’innombrables boutiques débordant de cette spécialité locale.

Mais que sont donc les Printen ?? Une confiserie à mi-chemin entre le pain d’épice et le biscuit moelleux (ou croquant selon les cas), au goût et à la texture inimitable ! Bien que la composition exacte soit un secret bien gardé, on devine que les Printen « originaux » intègrent une variété d’épices, dont la cannelle, l’anis, le piment et le gingembre. Mais on trouve aussi toutes sortes de variations : avec des noix, de la pâte d’amande, recouverts de chocolat ou de glaçage et bien sûr de différentes formes et tailles. À voir et à tester à coup sûr !

La maison Nobis Printen est la référence en matière de Printen à Aix-la-Chapelle. Installée depuis 1858 dans la ville, ses magasins s’égrènent au fil des rues de la vieille ville. Les vitrines sont généralement spectaculaires et donnent envie de goûter ces friandises locales.

Musées et autres lieux intéressants à Aix-la-Chapelle

Difficile en 24 ou 48 heures de tout voir … Nous avons donc fait l’impasse sur les musées mais nous reviendrons car certains semblent fort intéressants :

  • Le Centre Charlemagne qui se trouve entre la cathédrale et l’hôtel de ville réunit dans un même lieu toute l’histoire d’Aachen. Ouvert depuis 2014, ce musée récent bénéficie d’une scénographie moderne, avec audio guide innovant, exposition permanente sur l’histoire de la ville de l’époque des Carolingiens jusqu’à nos jours … bref, un incontournable pour une visite approfondie de la ville.
  • La Grashaus, édifiée vers 1260 sur le Fischmarkt, est le premier hôtel de la ville ; plus tard elle servit de tribunal et de prison puis hébergea les archives de la ville. Aujourd’hui, c’est un lieu d’enseignement extrascolaire. Une « classe européenne » y aborde le thème de l’Europe dans ses dimensions historiques, actuelles et futures.  
  • Le Couven Museum présente sur trois étages le style de vie de la bourgeoisie d’Aix-la-Chapelle et des environs au 18e et au début du 19e siècle.

Escapades nature aux alentours d’Aix-la-Chapelle

Si vous projetez de rester quelques jours dans la région, je vous propose d’allier culture et nature. En effet, à pied ou à vélo, les promenades vertes, paisibles ou aventureuses, ne manquent pas dans les environs immédiats d’Aix-la-Chapelle. De quoi occuper quelques jours de vacances riches et diversifiés.

Voici quelques idées d’escapades à partir d’Aachen.

  • Dreiländerpunkt : comme son nom l’indique, c’est l’endroit où la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne se rencontrent. Une tour d’observation y donne une vue dégagée sur les 3 pays. C’est aussi le point de départ de différents circuits de randonnée.
  • Vennbahn : une piste cyclable transfrontalière longue distance entre l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg. 130 km sur des voies ferrées désaffectées pour relier Aix-la-Chapelle à Troisvierges au Luxembourg, en traversant l’Eifel et les contreforts des Ardennes belges. Un must absolu pour les amoureux de circuits à vélo.
  • Montjoie : autre excursion incontournable, tant pour parcourir les ruelles pavées de la petite cité aux adorables maisons à colombage que pour arpenter les sentiers qui grimpent à l’assaut des alentours boisés et vallonnés ou encore pour visiter le marché de Noël lorsque c’est possible. J’en parle dans cet autre article : Eifel et Montjoie en décembre : nature, culture et marché de Noël
  • Rursee : vaste lac de barrage qui offre de très nombreuses possibilités : sports nautiques mais aussi innombrables pistes cyclables et sentiers pédestres tout autour du lac.
2 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.