Promenade dans le Silsombos entre Bruxelles et Louvain

À 20 minutes à peine de Bruxelles, le Silsombos est une oasis de paix, une coupure radicale, loin de l’effervescence urbaine. Le Brabant flamand nous propose ici une plongée dans un environnement préservé. Idéal pour les amoureux de nature.   

Août 2021. Entre deux averses, j’ai enfilé mes chaussures de rando, programmé mon GPS et téléchargé l’appli natuurpunt sur mon GSM (qui permet de visualiser des itinéraires en Flandres – en néerlandais uniquement). Direction Kortenberg et la campagne aux portes de Bruxelles.

Je n’avais jamais entendu parlé du Silsombos et je ne connaissais de Kortenberg que l’ancienne route nationale qui la traverse et qu’emprunte le bus qui relie Bruxelles à Leuven. Souvenirs d’un temps où je faisais chaque semaine la navette pour rejoindre mon « kot » à Leuven après un week-end en famille.

Le parc naturel Groene Vallei  aux portes de Bruxelles

Ici, la ville n’est plus qu’un vague souvenir. Dans ce petit coin de Brabant flamand, la campagne a gardé (presque) tous ses droits. De petits villages au milieu des champs, un clocher comme point de repère. Des ruelles sinueuses et tranquilles, quelques fermes, des chevaux et quelques vaches nonchalantes.

La dénomination « Parc naturel » est sans doute un bien grand mot mais elle traduit néanmoins une volonté bien ancrée de préserver un certain nombre de zones vertes jusque là fragmentées (et sans doute menacées par l’urbanisation galopante), où une flore exceptionnelle bénéficie de la remontée des eaux souterraines calcaires. Natuurpunt, le pionnier du projet de parc naturel, gère une grande partie de ces espaces naturels, en collaboration avec les municipalités.

Je démarre ma balade au Bezoekerscentrum Groene Vallei à Erps-Kwerps, où je laisse ma voiture dans un minuscule parking.

Au besoin, il est possible trouver là des infos gratuites et des cartes de randonnée. Et l’on peut certainement s’y arrêter en fin de balade (du mercredi au dimanche) pour déguster une bière locale à la terrasse du Bar Bruis. 😉

Une nature protégée

La Groene Vallei se caractérise par un paysage de prairies, de forêts et d’eau vive. Avec une grande diversité et des espèces plutôt sympas et parfois rares, comme les innombrables orchidées des bois qu’on y trouve au printemps.

La zone était autrefois très humide en raison de l’abondance des eaux d’infiltration. Afin d’évacuer l’eau, un système de canaux a été creusé dans le bassin. L’ensemble de la vallée du Molenbeek peut encore être considéré comme une zone d’infiltration étendue et allongée. À l’origine, on y trouvait principalement des champs de foin, très riches en fleurs. Mais la surfertilisation et la plantation de peupliers ont eu raison d’une grande partie de cette végétation.

Une promenade à la carte grâce aux points-nœuds

Les wandelknooppunten ou points-nœuds de randonnée sont une formidable manière de baliser les itinéraires pédestres ou cyclistes … et de rendre à chacun la totale maîtrise de son parcours.

En effet, là où deux ou plusieurs sentiers se croisent, il y a un « point-nœud ». Ce qui permet de planifier très précisément toutes ses balades en Flandres (et ailleurs).

Chaque intersection est numérotée et dotée d’une balise directionnelle qui comporte le numéro de l’intersection (points-nœud) et le fléchage vers les intersections numérotées suivantes. De point-nœud en point-nœud, vous composez vos itinéraires en toute liberté, en empruntant les sentiers et les petites routes de campagne.

J’avoue que c’est la première fois que j’utilise ce système de points-noeuds. J’en avais bien sûr entendu parler mais surtout dans le cadre de randos cyclistes. Et jusqu’à présent, je préférais planifier mes promenades via des applications comme Komoot dans j’apprécie la précision des cartes.

En tout cas, ce premier test est tout à fait concluant. Pas besoin de GPS, d’appli ou de cartes, il suffit de noter ou mémoriser une succession de numéros … et le tour est joué. Ma suite magique du jour était : 86 > 108 > 109 > 87 > 88 > 806 > 805 > 804 > 800 > 89 > 85 > 86  qui m’avait été soufflée par le site www.walkinbrussels.com.  Merci pour la belle découverte !

Promenade du Silsombos

Mais revenons au Silsombos qui se trouve au coeur de la Groene Vallei, dans le triangle Kortenberg – Kampenhout – Herent (à l’Est de Bruxelles). Un coin charmant, sillonné de très nombreux sentiers.

Pour bien profiter de la promenade

Un promeneur averti en valant deux, deux points devraient retenir votre attention si vous projetez de faire cette balade.

  • Les sentiers sont (fort) boueux et humides. Et même si nombre d’entre eux sont équipés de chemins en bois, je suis malgré tout rentrée « crottée », les chaussures et le bas des pantalons couverts de boue.
  • Si vous êtes (comme moi) sensibles aux moustiques … protégez-vous avec un répulsif efficace ! La zone étant humide et longeant de nombreux rus et zones marécageuses … les moustiques abondent. J’en ai fait l’urticante expérience !

Quoi qu’il en soit la balade vaut largement la peine et cela change des chemins tirés au cordeau de la forêt de Soignes. Ici, on a le sentiment de s’enfoncer dans un bois à l’état sauvage. Un bois parfois sombre et quelque peu mystérieux, où circulent d’ailleurs de nombreuses légendes. Comme celle de la Dame Noire.

La Dame Noire (entre les points-nœuds 87 et 88)

Inattendue et bien cachée au bord d’un méandre du Molembeek, la Dame Noire ou Zwarte Madam se dresse soudain à côté du chemin, sur un haut socle de pierre, sous un chêne séculaire.

La légende raconte qu’à cet endroit, des voix se faisaient entendre vers minuit, pour attirer les visiteurs vers le Molenbeek tout proche, où ils se noyaient. Mais j’avoue qu’au vu de l’étroitesse du cours d’eau, il faut avoir gardé toute son âme d’enfant pour prendre un tel récit au sérieux !

Selon l’historien Vannoppen d’Erps-Kwerps, la Dame Noire contrôlait le Molenbeek entre Nederokkerzeel et Erps-Kwerps. Selon une autre source, les membres de la famille Wittman, propriétaires du château de Ter Balk, tout proche, ont installé la statue de Marie pour surveiller les environs.

Et pour l’anecdote, une bière brune bio porte désormais son nom.  À tester après la balade si le cœur vous en dit …

La vallée du Molenbeek (points-nœuds 806 – 805 – 804 – 800)

La vallée du Molenbeek est en fait déterminée par deux ruisseaux : le Molenbeek et le Leibeek. Les deux ruisseaux sont d’origine naturelle, mais au fil du temps, ils ont été détournés, adaptés ou redressés. Entre autres pour fournir de l’eau au moulin de Heersemmolen.

Un sentier de 5 km permet d’explorer les plus beaux endroits de cette zone humide. Ici, des bottes ou des chaussures imperméables sont utiles en toutes saisons !

L’aspect et la végétation de la vallée du Molenbeek ont subi d’importants changements au cours du siècle dernier. À l’origine, il s’agissait principalement de prairies de fauche caractérisées par une grande richesse de fleurs. En raison de la surfertilisation et de la plantation de peupliers, une grande partie de cette végétation a disparu. Les espèces vulnérables, telles que les orchidées, y perdent au passage.

La vallée du Molenbeek, d’une grande valeur écologique, est désormais protégée dans le cadre de Natura 2000.

A partir de 2001, les travaux de réaménagement ont commencé. Plusieurs hectares de peupleraies disparaissent au profit de prairies de fauche, un mur d’observation des oiseaux est érigé, des chemins pour les chauves-souris sont créés sur les sentiers les plus humides, des sentiers de randonnée et surtout, une gestion systématique et minutieuse du fauchage est mise en place. Les résultats obtenus ces dernières années sont spectaculaires.

Heersemmolen (point-nœud 804)

Le chemin traverse la cour du seul moulin à eau qui subsiste sur le Molenbeek, Heersemmolen

Les parties les plus anciennes, en brique orange et en grès blanc, datent du 18ème siècle. En 1986, le moulin a été restauré et rendu à nouveau apte à la mouture. En juillet 1993, le moulin à eau et le complexe agricole ont été protégés en tant que monument.

Orchidées des bois

Juin est assurément le meilleur mois pour une promenade dans le Silsombos. Des milliers d’orchidées des bois y fleurissent alors. Mais vous y rencontrerez bien d’autres espèces végétales intéressantes ainsi que d’autres orchidées à différentes périodes de l’année.

Vers 2000, la population d’orchidées se composait d’à peine quelques dizaines d’orchidées des bois. Aujourd’hui, on peut y découvrir jusqu’à 9 espèces d’orchidées sauvages, dont des milliers d’orchidées des bois au début du mois de juin. La boue et les nombreux moustiques ne sont que des effets secondaires, c’est le Brabant flamand à son plus sauvage !

La promenade du Silsombos en pratique

  • Départ : Bezoekerscentrum Groene Vallei, Lelieboomgaardenstraat 60, 3071 Erps-Kwerps
  • Distances : de 5 à 10 km (nombreuses possibilités de raccourcir ou allonger)
  • Points-noeuds :
    version courte (5.3 km) : 86 > 108 > 109 > 87 > 88 > 89 > 85 > 86.
    version longue (10,8 km) : 86 > 108 > 109 > 87 > 88 > 806 > 805 > 804 > 800 > 89 > 85 > 86 (avec Molenbeekvallei et Heersemmolen)
  • Équipement : chaussures de marche ou bottes + protection contre les moustiques

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.