Escapade de printemps sur l’île de Møn au sud du Danemark

Facilement accessible par la route, Møn est l’une des îles du  Sud du Danemark. Un paysage varié :  campagne vallonnée, forêts au bord de l’eau, falaises de craie et plages désertes à cette époque de l’année. De nombreuses richesses culturelles également.  Le mix parfait pour des vacances de Pâques réussies.

Avril 2013. L’hiver joue les prolongations dans le nord. Ici et là une fine couche de neige recouvre encore les champs et les forêts. L’air est vif et le ciel d’un bleu profond.

Le dépaysement démarre sur le ferry qui relie Puttgarden sur l’île Fehmarn en Allemagne au petit port de Rodbyhaven au Danemark. 45m de traversée. Premier contact avec la mer Baltique.

Cette année-là, pour changer, j’ai entraîné ma smala vers le nord ! Première incursion au pays des vikings. Pas un road trip à proprement parler, même si nous ne resterons pas scotchés à notre point de chute. Tout au plus une mise en bouche, limitée à une (toute petite) partie sud du Danemark.

Aller au Danemark en voiture depuis Bruxelles, ce n’est pas plus long que d’aller en Bretagne comme nous le faisons si souvent. 834 km d’autoroutes hyper roulantes.  C’est toujours la mer … mais cela n’a rien à voir !

Nous séjournons dans un adorable cottage au toit de chaume, au bord de la mer Baltique, dans l’île de Møn, réputée pour ses falaises et ses belles plages.

Un bout du monde comme nous les aimons. Personne aux alentours (du moins en ce printemps frisquet). La mer et les bois à proximité immédiate. Idéal pour une semaine ressourçante.

Premier étonnement : la mer Baltique est différente, presque placide. Les marées y sont de faible amplitude. À peine quelques vagues plus prononcées les jours de grand vent !

Que faire sur l’île de Møn ?

L’île de Møn est surtout connue pour ses étincelantes falaises de craie, les Møns Klint, mais ce n’est pas sa seule richesse. On y vient aussi pour ses longues plages et pour les forêts au bord de l’eau ; on y découvre des églises étonnantes et des tombes mégalithiques. Bref, largement de quoi occuper un séjour d’une semaine.

En cette saison, les routes sont désertes et les villes et villages extrêmement paisibles. Parcourir les petites routes de campagne de l’île est donc un pur bonheur. À pied, à vélo, à moto ou en voiture … vous apprécierez les paysages verdoyants parsemés d’adorables maisons au toit de chaume et de villages tout mignons.

Promenades sur la plage et dans la forêt de Rytzebaek

Sans le savoir nous avons trouvé un hébergement dans un endroit idyllique. Juste à côté de Rytzebaek, réputé pour sa plage de sable. Plus loin, la plage se poursuit, plus sauvage et minérale, mais tout aussi agréable pour profiter de l’air vivifiant de ce début de printemps.

Et de l’autre côté de notre « chaumière » Rytzebaek Strandskoven est une magnifique forêt de hêtre qui longe la plage. Avec vue sur la baie de Helmet.

Nous y ferons de longues promenades sans y croiser âme qui vive !

Découverte de splendides fresques médiévales

Toujours soucieux d’alterner activités en plein air et découvertes culturelles, nous avons parcouru les petites routes de l’île jusque Fanefjord où une jolie église toute blanche surplombe le petit fjord éponyme. Son toit de tuiles rouges et ses murs blanchis à la chaux se voient de très loin. Le site est impeccablement entretenu et respire la sérénité.

La nef, haute de 7 m, date de la seconde moitié du 13ème siècle. Vers 1500, le porche et la tour sont achevés tandis que le chœur date de 1660. La taille de l’église peut surprendre dans une région si peu peuplée mais s’explique sans doute du fait du commerce considérable qui existait jadis avec les ports de la Ligue Hanséatique

Les superbes kalkmalerier danoises

N’hésitez surtout pas à pousser la porte ! C’est à l’intérieur que se situent les merveilles. En effet, comme dans d’innombrables autres églises au Danemark, de magnifiques fresques datant des 13e et 16e, longtemps cachées sous une couche de plâtre, ont heureusement été redécouvertes à la fin du 19e et minutieusement mises à jour.

Des fresques ou peintures murales (en danois : kalkmalerier ) se retrouvent dans quelque 600 églises à travers le Danemark, ce qui représente sans aucun doute la plus forte concentration de peintures murales d’églises survivant au monde. La plupart d’entre elles remontent au Moyen Âge et ont été découverts par Jacob Kornerup (1825–1913) qui a effectué des travaux de restauration dans 80 églises à travers le pays vers la fin du 19ème siècle. Ces fresques sont restés cachées pendant des siècles car après la Réforme , elles ont été recouvertes de badigeon à la chaux et ne seront révélées et restaurées qu’au cours des XIXe et XXe siècles.  (source)

En 2009, d’importants travaux de restauration ont été entrepris pour leur rendre leurs couleurs et leur éclat d’origine. Ces fresques qui couvrent de grands pans du plafond et la partie supérieure des murs de l’église, présentent, dans le style Biblia pauperum  les histoires les plus populaires de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Même si les fresques de l’église de Fanefjord sont les plus belles de Møn, il existe d’autres églises très  intéressantes, qui présentent également des fresques médiévales, comme les églises de Keldby ou d’Elmelunde. Nous n’aurons malheureusement pas le temps de les visiter.

Sur les traces des tombes mégalithiques

L’île de Møn regorge de sites mégalithiques disséminés un peu partout à travers la campagne. Vous trouverez ici la plus forte concentration de dolmens et de tombes mégalithiques du Danemark.

Juste à côté de l’église de Fanefjord se trouve le plus grand tumulus de l’île, Grønsalen. Long de 102 m et large de 10 m, il comporte 3 tombes et est entouré de 124 pierres de bordures.

Stege, ancienne capitale du hareng

Pour nous approvisionner durant cette semaine nordique, nous irons à Stege à 12 km du gîte.

Stege est l’une des anciennes villes commerçantes du Danemark. Elle s’est développée à l’époque médiévale grâce à la pêche au hareng. Il existe d’ailleurs un circuit à travers la vieille ville « la route du hareng » qui vous fera découvrir en 26 points tous les vestiges de ce passé glorieux.

C’est donc là que nous irons faire nos courses. Toutefois, sachez que dans l’assiette aussi le dépaysement est au rendez-vous. Prévoyez d’adapter vos habitudes et de tester quelques spécialités locales… Et mieux vaut aimer la cannelle et les harengs … deux ingrédients de base ici.  😉

Møns Klint : spectaculaires falaises de craie

La véritable attraction de l’île de Møn, ce sont bien sûr ses incroyables falaises de craie situées à l’est de l’île, les Møns Klint. Impressionnantes vues d’en haut comme d’en bas. Avec une luminosité tout simplement magique !

Mais comme toutes les belles choses se méritent … apprêtez-vous (mentalement et physiquement) à monter et descendre pas mal de marches. Un escalier de 497 marches permet par exemple d’accéder du parking du Geocenter (centre scientifique)  jusqu’au pied des falaises.

Plusieurs circuits de promenades vous mèneront vers les principaux points de vue.

Les Møns Klint s’étendent sur plus de 8 km de long et dominent la Baltique de leur 128 mètres de haut. Elles doivent leur éblouissante blancheur à la craie pressée lors de la dernière période glaciaire par l’énorme pression de la glace provenant du sous-sol.

Les falaises de Møn ont pour contrepartie les Wissower Klinken de l’île de Rügen, à 60 kilomètres au sud, créées à la même époque et de la même manière.

À lire : Møns Klint: les falaises blanches de l’île de Møn

Un peu plus loin : deux excursions à ne pas manquer

Pour cette première incursion au Danemark, nous avions programmé deux excursions au-delà de l’île de Møn : l’une à Roskilde, capitale historique du royaume danois (entre le 10e et le 15e siècle) et l’autre à Copenhagen, la capitale actuelle.

Roskilde et son musée des bateaux vikings

À Roskilde, c’est avant tout le musée des Bateaux Vikings qui a retenu toute notre attention.

En 1962, des archéologues dégagent cinq bateaux vikings coulés vers l’an 1000 dans le fjord de Roskilde pour faire obstacle aux incursions ennemies. Chaque navire est alors remonté morceau par morceau, après avoir subi un traitement assurant sa conservation.
En 1969 un musée est spécialement conçu pour présenter ces fabuleux vestiges : un grand hall doté d’une immense verrière donnant sur le fjord est le décor parfait.

La visite commence par un film de 14 min. qui retrace l’histoire des « Cinq Bateaux Vikings de Skuldelev ». Nous avons ainsi mieux compris les techniques de constructions navales de l’époque Viking.

Les cinq épaves exposées sont énormes : 30 m pour le plus grand navire, entre 16 et 17m de long pour les autres.

À l’extérieur du musée se trouve un chantier naval où les visiteurs peuvent observer les anciennes techniques de construction d’un navire et admirer plusieurs types de bateaux vikings.

Et l’on peut même embarquer sur un navire vikking pour un petit tour commenté sur le fjord.

Autre incontournable de la ville de Roskilde, sa cathédrale.

Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1995, la cathédrale de Roskilde est construite en brique et de style gothique scandinave. C’est ici que sont enterrés depuis mille ans les rois et les reines du Danemark. 20 rois et 17 reines reposent dans les quatre chapelles.

Brève incursion à Copenhagen

Impossible de séjourner au Danemark sans au moins aller jeter œil à Copenhague. D’autant que la capitale n’était qu’à129 km de notre lieu de villégiature. Et les autoroutes danoises sont impeccables.

Malheureusement, ce jour-là, la météo était moins riante. Entre brume et crachin, nous avons eu un premier aperçu de la ville assez humide. Une ambiance un brin mystérieuse qui n’était pas pour me déplaire …

À lire : Copenhague : quelques heures dans la brume

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.