Alsfeld, surnommée à juste titre la perle du Vogelsberg, est une ravissante petite ville de 19.000 habitants, nichée dans une région vallonnée et verdoyante de la Hesse, au centre de l’Allemagne. Il y fait bon se promener. C’est d’ailleurs une destination touristique fort prisée des allemands, mais totalement inconnue en dehors des frontières.

© oberhessen-live.de

Cela fait maintenant plus de vingt ans que je reviens régulièrement dans cette région où j’ai des amis très chers. Et, chaque fois (ou presque), je viens faire un tour dans cette ville si typique. C’est que son centre historique, avec ses ruelles étroites et ses magnifiques maisons à colombages, témoigne d’un riche passé. Plus de 750 ans d’histoire se concentrent ici.

Alsfeld, une étape sur la route des maisons à colombages

Il existe en Allemagne une route qui travers le pays du Nord au Sud à la découverte des trésors des maisons à colombages. Si le sujet vous intéresse, un site lui est dédié : deutsche-fachwerkstrasse.de (en anglais et allemand).

Lancée en 1990, la Deutsche Fachwerkstrasse (route allemande des maisons à colombages) s’étend de l’Elbe au nord, à la Haute-Lusace en Saxe orientale et au lac de Constance au sud. Elle comporte sept routes régionales traversant les Länder de Basse-Saxe, de Saxe-Anhalt, de Saxe, de Hesse, de Thuringe, de Bavière et de Bade-Wurtemberg.

L’Allemagne étant aussi le paradis des cyclistes, il existe plusieurs itinéraires cyclistes le long de cette route des maisons à colombages.

Alsfeld est devenue célèbre au-delà des frontières de la Hesse grâce à sa vieille ville historique. Au Moyen-Âge, le commerce et les guildes s’y sont développés et les citoyens prospères y ont construit de superbes maisons à pans de bois. Plus de 400 maisons à colombages (dont la construction s’échelonne sur sept siècles) témoignent aujourd’hui encore de ce riche passé.

En Allemagne, la construction à pans de bois remonte aux environs de 1300. Le XVIe siècle en est l’apogée. Mais des bâtiments à colombages étaient encore construits jusqu’au XIXe siècles, même si les constructions en pierre gagnaient progressivement du terrain dans les villes.

Par contre, dans les zones rurales les maisons à colombage ont conservé leur importance. Et malgré les destructions considérables pendant la Seconde Guerre mondiale, plus d’un million de maisons à colombages ont été conservés en Allemagne.

Aujourd’hui encore, elles dominent l’aspect de certaines villes et de villages entiers.

En 1975, Alsfeld a été l’une des cinq villes d’Europe à recevoir le prix “ville modèle européenne pour la protection des monuments historiques” pour la préservation exemplaire de ses anciens bâtiments.

La vieille ville d’Alsfeld est pleine de surprises. On se promène dans les ruelles le nez en l’air. À l’affut de tous ces petits détails et curiosités qui font le charme de la ville.

J’adore, par exemple, déchiffrer les inscriptions sur les bâtiments. On y trouve bien sûr les dates de construction ou de rénovation, mais aussi le nom des propriétaires ou des artisans qui ont bâti la maison, ou encore des maximes qui en disent long sur les us et coutumes des siècles passés.

 

J’aime encore plus guetter les mimiques des têtes sculptées sur les façades ou les poteaux d’angle. Ou repérer des armoiries, des outils et des décors qui parlent aux yeux comme à l’âme.

Rathaus am Marktplatz

Commençons notre visite par la place du marché. Sa taille est impressionnante. À la belle saison, on prend plaisir à s’asseoir à l’une ou l’autre terrasse pour admirer cet ensemble harmonieux.

L’hôtel de ville (1512-1516) est l’un des plus importants hôtels de ville à colombages allemands. Son style très particulier le distingue entre tous. Les deux étages à colombages s’élèvent sur le plan étroit d’un rez-de-chaussée en pierre qui servait autrefois de halle couverte.

On y trouve, au premier étage, les bureaux du maire. Au deuxième étage, une salle de conférence et la salle du greffe, qui servait autrefois de salle d’audience, comme l’indique la magnifique porte Renaissance.

Weinhaus

Près de l’hôtel de ville, la maison du vin (construite en 1538) se caractérise par son pignon à gradins. Au coin de cet édifice se trouve encore un pilori, qui servait à exposer les délinquants qui contrevenaient au droit médiéval. Ils y étaient attachés par un anneau de fer.

A côté de la Weinhaus se trouve la plus vieille maison à colombage de la ville. Les parties les plus anciennes datent de 1350. Des extensions et conversions ont eu lieu après sa destruction partielle en 1403 et en 1464. Sous la maison, deux caves avec des voûtes en berceau datent de l’époque de la fondation de la ville.

Walpurgiskirche

Derrière ces trois bâtiments se trouve l’église Walpurgis dont la fondation remonte à la seconde moitié du 13ème siècle. L’histoire de sa construction est complexe, ce qui se reflète tant dans sa structure extérieure que dans sa conception intérieure.

Après la Réforme en 1526, l’église Walpurgis devient l’une des plus anciennes églises protestantes de Hesse, où, selon la tradition, Martin Luther aurait prêché en 1529.

Le clocher domine le paysage du haut de ses 50m. Il a été reconstruite après l’effondrement en 1394. Les murs de la tour, construits en quadrilatère, s’élèvent sur quatre étages, divisés par d’étroites corniches et percés de petites fenêtres.  Au-dessus s’élève une structure octogonale qui date de 1542 avec une galerie de style gothique tardif. Dans l’octogone vivait à cette époque un gardien de tour avec sa famille, dont la tâche était non seulement de battre le temps, mais aussi d’annoncer l’attaque et le feu de l’ennemi.
L’église compte sept cloches au total. La cloche principale à quatre voix sonne le dimanche soir et pour le service principal le dimanche et n’a pas été modifiée dans sa forme actuelle depuis 1617. Depuis 2006, l’église possède un carillon qui sonne tous les jours à midi.

À l’intérieur, la nef gothique a été transformée à partir de 1472.

Beinhaus

À côté de la Walpurgiskirche, la « maison du charnier » (Beinhaus) de style gothique tardif, est mentionnée pour la première fois en 1368 et agrandie en 1510.

La Beinhaus servait à l’origine à entreposer les ossements du cimetière. Un premier ossuaire est mentionné en 1368 à son emplacement actuel. Ensuite, le bâtiment a assumé diverses fonctions au cours de son histoire : tour à tour malterie, entrepôt et gymnase. Il abrite aujourd’hui les archives de la ville.

Hochzeitshaus

Autre bâtiment remarquable, la Hochzeitshaus (Maison des Mariages) construite entre 1564 et 1571, est le deuxième bâtiment en pierre de la place du marché. Le rez-de-chaussée était utilisé comme boucherie tandis que les étages supérieurs, accessibles par un escalier en colimaçon en pierre, étaient utilisés pour les festivités, ce qui explique le nom de “Hochzeitshaus” donné au bâtiment.

Les trois étages sont séparés par des corniches continues. Les fenêtres sont disposées en groupes de deux ou trois ouvertures. Le bâtiment Renaissance se distingue aussi par sa fenêtre d’angle à deux étages. L’oriel (avancée en encorbellement aménagée sur un ou plusieurs niveaux d’une façade) orné de deux armoiries, attire le regard, ainsi que les pignons aux profils courbes et la coquille en finition supérieure.

Minnigerode-Haus ou Musée régional

La maison Minnigerode date de 1687. Il s’agit d’un monument classé. Il s’élève au-dessus d’un plan au sol en forme de crochet. La maison séduit par son spectaculaire portail de pierre à l’architrave éclatée et au pignon couronné par des représentations des vertus. Entre les consoles se trouve la devise familiale : “premor sed non opprimor”.

Bref, vous l’aurez compris, à Alsfeld, les maisons à colombages se suivent mais ne se ressemblent pas. Et ce sont tous ces détails étonnants qui rendent la visite si intéressante.

Alsfeld, sur la route des contes de fées

Alsfeld est aussi située sur une autre route thématique, celle des contes de fées (Deutsche Märchenstrasse).

La Route allemande des contes de fées est un itinéraire de vacances en Allemagne. Depuis 1975, la route mène de Hanau, ville des frères Grimm, et remonte sur 600 kilomètres jusqu’à Brême, dans le nord de l’Allemagne. Elle relie les étapes de la vie des frères Grimm ainsi que les lieux et les paysages qui abritent leurs contes de fées.
La Deutsche Märchenstrasse traverse des paysages très différents avec huit parcs naturels parmi lesquels le Hoher Vogelsberg, proche de Alsfeld.
Les étapes clés de ce parcours sont les villes de Hanau, Steinau, Marburg et Kassel. Kassel abrite le livre de contes des frères Grimm, publié en 1812 et déclaré patrimoine mondial par l’UNESCO en 2005.

Gänseliesel

La figure de Gänseliesel, une jeune fille allant vendre des oies au marché, a souvent fait l’objet de peintures ou de sculptures. À Alsfeld, elle sert d’élément décoratif à la fontaine Schwälmer (la Schwalm étant la rivière qui traverse Alsfeld).

Gänseliesel porte le costume typique de la région avec une casquette rouge. Cette casquette a inspiré aux frères Grimm la création de leur petit chaperon rouge.

Märchenhaus

La maison des conte de fées d’Alsfeld, située à proximité immédiate de la place du marché, est un must pour tous les fans de contes de fées (ou de sorcières). Une conteuse professionnelle, Gudrun Grünberg, emmène les petits visiteurs au pays des fées, des sagas et des légendes (en allemand bien sûr).

Au deuxième étage, une collection de maisons de poupées couvrant deux siècles. Elles sont intéressantes dans la mesure où elles témoignent de l’évolution des thèmes de l’enfance et de la vie dans cette région d’Allemagne.

Bon à savoir : Chaque année, vers le 21 juin, a lieu la traditionnelle journée des herbes et des contes. Sur la place du marché, autour du jardin du monastère et dans la maison des contes de fées, tout tourne autour des thèmes des herbes, des contes de fées, de l’artisanat et des délices culinaires.

 

Alsfeld, une ville animée

De la fête du vin en mai, à la grande foire de la Pentecôte ; de la fête du dialecte en été à la fête de la ville en août ; de la semaine du Petit Chaperon rouge en automne au marché de Noël féerique avec un calendrier de l’Avent très animé, il se passe toujours quelque chose à Alsfeld.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.