En parcourant les plaques explicatives qui jalonnent les ruines de l’ancienne église St Nikolai, j’ai découvert un terme allemand que je ne connaissais pas. On parle ici de « Mahnmal » plutôt que de « Denkmal ». Les deux mots se traduisent par « mémorial » en français mais le premier ajoute une dimension d’avertissement (mahnen) que l’on ne retrouve pas dans le second qui invite seulement à réfléchir (denken).    

Mahnmal St Nikolai – Hambourg

Des ruines érigées en mémorial

L’église St Nikolas a délibérément été conservée en l’état alors qu’elle aurait pu être reconstruite comme bien d’autres.

Dans ce cas, il est clair que les autorités hambourgeoises ont voulu rappeler aux générations futures les raisons de sa destruction. Les ruines sont dédiées “aux victimes de la guerre et de la tyrannie entre 1933 et 1945”.

Mémorial St Nicolas – Hambourg

L’église avait été fondée en 1195 et sa dernière évolution néo-gothique achevée en 1874.
De 1874 à 1877, sa tour de 147,3 mètres de haut était le plus haut bâtiment du monde.

Commémoration de la guerre de bombardement

Pendant la Seconde Guerre mondiale, lors des raids aériens sur Hambourg, la tour de l’église a servi de cible aux forces aériennes britanniques et américaines. Le 28 juillet 1943, l’église fut gravement endommagée par les bombes aériennes pendant l’opération Gomorrha. Le toit s’est effondré et a dévasté l’intérieur. Les murs se sont fissurés, mais sont restés en grande partie intacts, tout comme la tour. L’impact des éclats de la bombe est encore visible aujourd’hui.

Après les destructions de 1943 et les démolitions de 1951, une partie du mur extérieur sud et les murs du chœur ont été conservés en plus de la tour. Des œuvres d’art et des monuments ont été érigés sur la place ouverte de l’ancienne église pour un site commémoratif.

Le mémorial Nikolaï comprend la tour avec l’ascenseur en verre qui amène vers une plate-forme panoramique à l’ouest (à 76m de haut) et les vestiges du mur du côté sud. Entre les deux, une place ouverte qui correspond à l’ancienne nef. Les anciens piliers de l’église sont marqués au sol.

Le musée mémorial, reconstruit et agrandi en 2012, accueille une exposition permanente “Gomorrha 1943 – La destruction de Hambourg dans la guerre aérienne”.

Sculptures mémorielles

Parmi les sculptures qui émaillent le site, plusieurs sont réalisées par Edith Breckwoldt au début 2000.

J’ai particulièrement aimé un bronze de six mètres de haut intitulé Ange de la Terre.
Le message de l’artiste est clair : “Prends ma main, et je te ramènerai à toi.”
Exprimant par sa sculpture que toute connaissance repose en l’homme lui-même : S’il retrouve son chemin vers lui-même, il trouve aussi la paix qui est à son tour une condition préalable à la paix entre les peuples.

Ange de la terre | Edith Breckwoldt – Hambourg

Un autre bronze de la même artiste, Prüfung (examen), est dédié au camp de Sandbostel, qui, à 60 km à l’ouest de Hambourg, fut l’un des plus grands camps de prisonniers de guerre allemands entre 1939 et 1945. Plus de 50 000 personnes y ont trouvé la mort, dont environ 10 000 prisonniers du camp de concentration de Neuengamme. Sur la base faite de briques provenant des fondations de la caserne, l’artiste a gravé une une citation de Dietrich Bonhoeffer :

Personne au monde ne peut changer la vérité. On ne peut que la chercher, la trouver et la servir. La vérité est partout.

La visite du mémorial St Nikolai est une étape de la visite de la vieille ville de Hambourg, que vous pourrez suivre dans l’article : 48h à Hambourg : dépaysement garanti!

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.