Visite de Châteaudun sur Loir et son château

Entre le plateau de la Beauce et le val de Loire, un château surplombe fièrement le Loir (à ne pas confondre avec la Loire), témoignant de huit siècles d’histoire. Cette ancienne forteresse et la petite cité fortifiée qui l’entoure méritent bien un détour avant d’entamer notre seconde tournée des châteaux de la Loire. 

Mai 2022. Après une semaine pleine de charme en val de Seine, nous poursuivons notre route vers le val de Loire. Délaissant les autoroutes, nous décidons de faire un détour par Châteaudun.

Un peu moins de 300 km séparent Fontainebleau de Saumur. De nationale en départementales, droites ou sinueuses, nous traversons l’immense plaine agricole de la Beauce. Puis nous avalons allègrement de longues montagnes russes au milieu des forêts. Sous le soleil généreux de cette fin de mai, cette escapade prend des allures de vacances estivales.

Traverser la France à petite vitesse est un luxe dont nous profitons allègrement. Découvrant au passage les noms des grandes rivières de France par le biais des départements traversés : Essonne, Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Indre et Loire … tout un programme ! C’est ainsi qu’on apprend à ne plus confondre Loir et Loire. Le premier, long de 318 km, est une rivière qui se jette dans la Sarthe au nord d’Angers. La seconde est le plus long fleuve de France, soit 1.006 km.

L’an dernier, nous avions d’ailleurs remonté jusqu’à sa source au sommet du mont Gerbier-de-Jonc. L’occasion d’une bien belle promenade qui fera l’objet d’un autre reportage.

Vers 13h, nous arrivons en vue de Châteaudun, une ville qu’on dit chargée d’histoire … voyons ce qu’il en est vraiment !  Le château que nous souhaitons visiter n’ouvre ses portes qu’à 14h, cela nous laisse donc un peu de temps pour parcourir le quartier historique de la ville.

Chateaudun vu du ciel
© Vincent Tournaire

Circuit historique dans Châteaudun

La ville de Châteaudun a traversé de nombreuses épreuves mais a toujours su se reconstruire, d’où sa devise, Extincta Revivisco, « Eteinte, je renais ».

Une histoire mouvementée

Déjà dans l’Antiquité un oppidum gaulois surplombait le Loir du haut du promontoire rocheux sur lequel a été bâtie la ville de Châteaudun.

Possession des comtes de Blois jusqu’au XVe siècle, une charte de franchise est octroyée à la ville en 1197. Le grand donjon circulaire du château date de cette époque, tout comme la puissante enceinte urbaine qui s’étend au maximum au XIII e siècle, pour protéger la ville des Anglais durant la guerre de Cent Ans.

Au milieu du XVe siècle la ville accueille un nouveau seigneur : Jehan d’Orléans qui devient alors Jehan de Dunois. Lié par le sang à la famille royale, ce grand capitaine de France, compagnon d’armes de Jeanne d’Arc, fait détruire une partie de l’ancien château-fort afin de construire un nouveau château-palais ainsi qu’une sainte chapelle.

En 1723, un terrible incendie ravage la ville qui sera alors reconstruite dans le style classique de l’époque, avec une nouvelle grande place rectangulaire.

En 1870, la ville subit à nouveau de nombreux dommages lors de la guerre franco-prussienne.

Circuit de visite du quartier historique

Un circuit touristique permet de découvrir 58 sites et monuments classés ou inscrits. Plusieurs styles architecturaux se côtoient dans la partie historique de la ville. Tout au long de la promenade (1h – 1h30) des plaques explicatives fournissent des informations détaillées sur les différents édifices.   

circuit visite Chateaudun

Malgré les nombreux dommages subis au cours des siècles, certaines rues de la ville ont conservé des maisons à pans de bois typiques des XVe et XVIe siècles ou encore de belles demeures Renaissance en pierre blanche. En revanche, autour de la place centrale, les édifices classiques du XVIIIe siècle sont issus de la reconstruction de la ville.

Parmi le patrimoine religieux, l’église de la Madeleine interpelle. Cette église romane, ancienne abbatiale, est depuis sa construction le plus grand édifice religieux de la ville. Fondée au XIIe siècle, elle fut remaniée maintes fois, à cause d’effondrements ou d’un incendie causé par un bombardement en 1940. Son intérieur fort dépouillé souligne ses vastes proportions mais confère aussi une impression de désintérêt … (mobilier moderne incongru dans un tel lieu).  

Au milieu de la vaste place du 18 Octobre (qui doit son nom à la bataille qui s’y est déroulée en 1870), une fontaine monumentale de style néo-Renaissance (XIXe siècle).



Plus loin, la promenade du mail (du nom d’un jeu ancien, ancêtre du croquet) offre un vaste panorama sur la campagne environnante et sur le Loir en contrebas. C’est d’ici que part le sentier qui mène vers les grottes du Foulon.

Autres circuits de visite

Faute de temps, nous ferons l’impasse sur deux autres circuits qui complètent la visite de la ville.

  • Un mini-circuit raconte la guerre franco-prussienne de 1870, événement marquant pour cette ville. Cinq totems et un pupitre retracent les événements liés à cette bataille très inégale. 
  • Un troisième circuit descend de la ville haute vers le quartier Saint-Jean. On profite ici du Loir et de son cadre verdoyant. Le jardin des Grands Moulins à proximité de l’Ile Chemars est bordé par le Loir. Vue imprenable sur le château et endroit paisible où il est possible de pique-niquer.

Bon à savoir : De nombreux sentiers de randonnées sillonnent la vallée du Loir, dans les bois ou en bordure de rivière. Ainsi, le Bois des Gâts s’étend sur 23ha en bord de Loir. Il est aussi possible de suivre les circuits des moulins à eau au fil du Loir. Sans oublier, bien sûr, le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qui traverse le département d’Eure-et-Loir (GR655).

Chateaudun : un château sur le Loir

Monument le plus emblématique de la ville, le château qui surplombe le Loir aligne une impressionnante succession de styles architecturaux : donjon médiéval, sainte chapelle, escalier Renaissance, aile gothique …

La disposition intérieure des pièces et les larges baies font de Châteaudun un des premiers exemples d’architecture de plaisance en France.  Une importante collection de tapisseries enrichit les lieux.

Pour la petite histoire, Jean de Dunois, bâtard de Louis Ier d’Orléans et compagnon de Jeanne d’Arc, reçut le château en récompense de la libération de son demi-frère Charles d’Orléans, prisonnier des Anglais. À la fin de la guerre de Cent Ans, il transforme la forteresse défensive initiale en résidence, en ajoutant un corps de logis de style gothique et une chapelle. Une deuxième aile de style Renaissance sera ajoutée au XVIe siècle.

Les incontournables de la visite du château

  • Le donjon circulaire, haut de 42m au total, date de la fin du XIIe. C’est l’une des premières tours cylindriques tout en pierre (17 m de diamètre).
    Dernier vestige de l’ancien château-fort des comtes de Blois, ce donjon est tout à fait caractéristique de l’architecture militaire du XIIe siècle. Accessible uniquement en visite guidée.
  • La Sainte-Chapelle (1451 – 1493) fait partie des dix saintes chapelles construites par les princes royaux et rois de France au Moyen-Âge. Elle abrite un bel ensemble de quinze statues du XVe siècle ainsi qu’une peinture murale du Jugement dernier.
  • L’aile Dunois (aile ouest)est constituée d’un corps de logis de style gothique comportant cinq niveaux. Au sous-sol, on accède à deux salles voûtées qui servaient de cuisine.
    Bâtie vers 1460 son aménagement révèle le besoin de confort naissant après la guerre de Cent Ans. On y trouve aussi une salle de Justice où siégeaient le seigneur et son tribunal.

En contrebas, on découvre un jardin suspendu (le premier de France), un lieu de détente à l’abri des regards. 

  • L’aile Longueville (aile nord) fut achevée au début du XVIe siècle. Elle est typique du style Louis XII. Elle comporte une salle basse de 300 m² où sont exposées les sept pièces de la tenture de l’Ancien Testament. Elle intègre un magnifique escalier à loggias qui mène à l’étage aux appartements de Catherine d’Alençon où l’on peut admirer une série de sept tapisseries, classée monument historique, représentant « L’Histoire de Clorinde et Tancrède » d’après « La Jérusalem délivrée » du Tasse.
  • L’escalier Renaissance très richement orné et finement sculpté.

Le jardin de simples au pied du donjon. D’inspiration médiévale, le jardin présente 150 plantes médicinales et aromatiques connues au Moyen Âge. 

Entre 1723 et 1938, date de son acquisition par l’État, le château, laissé à l’abandon, se dégrade et se vide progressivement de son mobilier. Mis à mal à la révolution, puis par les bombardements Prussiens en 1870, il était promis à une mort certaine. Heureusement, les restaurations exemplaires de l’architecte Jean Trouvelot lui ont rendu toute sa superbe. Et c’est un véritable plaisir d’y découvrir quatre siècles d’histoire et d’architecture.   

Châteaudun en pratique

Quelques détails pour préparer votre visite à Châteaudun.

  • Visite libre du château – durée 1h – heures d’ouverture : 10-13h et 14-18h (peut varier selon la saison) – tarif : 6€
  • Circuits de visite de la ville – durée de 35’ à 2h – informations à l’Office du Tourisme.
  • Guide touristique à télécharger :  Châteaudun et la Vallée du Loir
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.