Parfaitement alignés (ou presque) sur les plages impeccables de la mer baltique, ils n’ont pas d’équivalents sur les côtes belges ou françaises. Pourtant ils protègent idéalement du vent et du soleil. Et dans mon imaginaire, ils évoquent le charme désuet des stations balnéaires de la fin du XIXème siècle.  Je parle bien sûr des “Strandkörbe”.

Strandkorb, qu’est-ce que c’est ?

Imaginez un fauteuil pour deux aux couleurs marines surmonté d’une structure en osier. Disposés par centaines sur les plages blondes de la mer baltique, ils en sont devenus le symbole. Peu importe d’où vient le vent, vous les orientez à votre guise pour vous abriter et lire, bronzer, méditer ou surveiller les enfants en toute quiétude.

D’avril à octobre, les plages du nord sont parsemées de ces corbeilles bigarrées.

Objet culte du littoral allemand, on retrouve aussi le Strandkorb dans les jardins, sur les balcons des résidences secondaires et même sur les terrasses des hôtels branchés à Hambourg !

Origine d’un objet astucieux

Ce mobilier balnéaire typique des plages du nord de l’Allemagne a une histoire intéressante.

En 1882, une femme élégante, Elfriede von Maltzahn, rêve d’une chaise de plage confortable qui la protégerait du vent, du soleil et des intempéries. Elle présente sa requête au vannier de la cour impériale, Wilhelm Bartelmann, qui met ses idées en pratique.

C’est ainsi que naquit la première chaise de plage, la “Strand-Stuhl”. Qui fit rapidement fureur sur les côtes de la mer baltique. Les commandes affluent. Et le produit, simple au départ, se transforme au fil du temps en un fauteuil double en osier avec un toit ouvrant.

Chaque année, 5 000 chaises longues quittaient l’entreprise de Bartelmann. Avec des noms aussi évocateurs que Norderney, Sylt ou Rügen. Le prix : à partir de 500 euros (à noter pour les curieux … qu’on en trouve aujourd’hui sur Amazon à partir de 350€ !).

Dans les stations balnéaires néerlandaises, où ces corbeilles de plage existaient en grand nombre au début du XXe siècle, elles ont progressivement été remplacées par des chaises longues après la Seconde Guerre mondiale. On en trouve aussi mais plus rarement sur les côtes anglaises, danoises ou polonaises. Et depuis peu, elles sont apparues en Normandie !

Un concept qui a peu évolué en 130 ans

Le modèle standard est un biplace dont la forme et la construction n’ont guère évolué depuis 1910 environ. L’objet mesure 160 centimètres de haut sur 120 de large. Il pèse 70 à 80 kg et se compose de quatre éléments de base :

  • Le chevalet ou la base, habituellement en bois de pin ou d’épicéa, mais parfois aussi teck traité contre les intempéries. Équipé de deux tiroirs renfermant des repose-pieds rembourrés.
  • Le capot, fixé à l’arrière du chevalet. Il reste mobile de manière à pouvoir incliner le siège en quatre ou cinq positions.
  • Les parties latérales, tout comme le capot, sont en bois et osier. Les parties tressées sont en PE ou PVC (résistants aux intempéries), plus rarement en rotin vernis (plus fragile). Munies d’accoudoirs et souvent de petites tablettes amovibles.
  • Le siège est revêtu d’une toile imprégnée ou d’une feuille de PVC. L’assise est rembourrée de mousse ou de coco. Les motifs de tissu rayés sont populaires.

De nos jours, les paniers de location sont munis de grilles en bois qui ferment les niches des sièges lorsqu’ils ne sont pas utilisés et permettent à l’utilisateur d’y laisser son sac lorsqu’il n’est pas utilisé ou pendant la nuit.

Ostsee- vs. Nordsee-Strandkorb

On trouve principalement deux variantes des corbeilles de plage.

  • Ostseeform : visible sur les plages de la mer Baltique, cette variante se caractérise par des parties latérales arrondies et un capot incurvé. Considéré comme la forme classique, plus agréable, il est aussi plus répandu.
  • Nordseeform: la variante dite de la mer du Nord, se distingue par ses côtés droits et une partie supérieure angulaire.

En règle générale, les deux modèles peuvent être réglés vers l’arrière jusqu’à un angle de 55°. Les paniers de la mer du Nord sont parfois disponibles en version couchée, pouvant être abaissée jusqu’à 90 degrés.

Un business rentable aujourd’hui encore

On estime entre 100 000 et 130 000, le nombre de corbeilles sur les plages allemandes, entretenues et louées par plusieurs centaines de préposés.

L’activité saisonnière s’étend d’avril à octobre et commence avec le nettoyage de printemps et le placement des chaises sur la plage. De nos jours, ce travail est principalement effectué par des tracteurs, dans certains endroits les charrettes tirées par des chevaux sont encore utilisées en raison de la nature du terrain ou pour des raisons de conservation de la nature.

Le système de location varie d’une région à l’autre. Alors que les entreprises privées de la mer du nord sont en concurrence les unes avec les autres, en mer Baltique il y a des communautés où la location est coopérative et les revenus annuels partagés en fonction du stock de paniers respectif.

La durée de conservation moyenne d’un panier de location est de cinq à dix ans. Les travaux de réparation sont effectués en hiver et certains vanniers sont censés être formés comme tisserands de paniers.

En conclusion

Le concept de Strandkorb est né à l’époque romantique où les bains de mer étaient réservés à la riche bourgeoisie. Heureusement, depuis lors leur popularité s’est développée en même temps que le tourisme. Pour le plus grand plaisir des touristes égarés sur les plages d’Allemagne du nord !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.