Bruxelles regorge d’espaces verts à explorer. Mais il est des jardins très confidentiels que seuls quelques initiés connaissent. Les jardins du Fleuriste du Stuyvenbergh sont de ceux-là !

Janvier 2020. Par un dimanche ensoleillé j’ai découvert, un peu par hasard, un petit parc ravissant dont j’ignorais l’existence. Cela fait pourtant plus de 60 ans que j’habite cette ville et je croyais en avoir parcouru la plupart des parcs publics … Et bien, il n’en est rien. Je vous invite donc à découvrir avec moi ce petit bijou bien caché. J’y retournerai d’ailleurs volontiers pour l’admirer en d’autres saisons.

A lire aussi : Bruxelles en vert : mes 3 parcs fétiches à la périphérie Est

Les jardins du Fleuriste du Stuyvenberg

Ces jardins ont été créé à la fin du 19ème siècle par le roi Léopold II sur des terrains bordant le domaine du Stuyvenberg. A cette époque, les jardins comprenaient un verger (l’actuel parc Sobieski), un parc colonial (pour l’acclimatation des plantes exotiques venant du Congo), des serres et un jardin d’agrément. Ce dernier, dessiné par l’architecte paysagiste Émile Lainé à la fin du XIXe siècle, occupait la terrasse surplombant les serres destinées à la production des fleurs et plantes (délabrées aujourd’hui).

A la mort de Léopold II, la Donation royale – devenue propriétaire des lieux, en confie la gestion à une pépinière locale puis, au début des années cinquante, à l’Etat belge et plus particulièrement au Service du Plan vert, pour qu’y soient cultivées les plantes destinées aux parcs de Bruxelles.  Mais, progressivement le site se délabre.

Bruxelles Environnement qui en assure la gestion depuis 1993, l’utilisera encore quelques années comme zone de stockage et comme pépinière dans la partie supérieure, puis désaffectera définitivement les serres.

En 1999, un grand projet de réaffectation se dessine.

Les 4,4 ha du jardin d’agrément ont été réhabilités suivant le plan original. On a donc conservé le sous-bois, les bassins et le belvédère.

L’art des jardins

Superbement entretenus, ces jardins confidentiels sont un véritable régal pour les yeux. Ils se structurent autour des deux plans d’eaux et d’une succession de micro-jardins dévolus aux 12 mois de l’année. On peut ainsi admirer des plantations dont les floraisons s’échelonnent tout au long de l’année.

Ce petit parc est aussi une sorte de laboratoire pour les gestionnaires de Bruxelles-Environnement qui y testent différentes plantes que l’on ne trouve pas dans d’autres parcs Bruxellois.

Une partie boisée sépare les jardins du Parc Sobieski en contrebas.

Agréable en toutes saisons, ce petit parc déploie une palette de couleurs qui évolue au fil des mois. En ce mois de janvier, ce sont les mauves et les blancs des hellébores que l’on admire dans le sous-bois mais aussi le jaune lumineux des buissons de jasmin d’hiver ou encore le rose vif des camélias, l’orange des hamamélis et bien d’autres floraisons hivernales moins connues.  Heureusement, des panneaux fournissent quelques indications précieuses.

Au détour d’un chemin, on découvre aussi d’étonnants mobiliers et objets design.

Panorama

Une drôle de tour en bois, parfaitement intégrée au paysage, permet de prendre un peu de hauteur et d’avoir une belle vue d’ensemble sur les jardins, sur la ville au loin et sur les tours de l’église Notre-Dame de Laeken toute proche.

Que voir à proximité ?

Situé à Laeken, tout près du domaine du Stuyvenberg, du Parc et du Château royal et non loin de l’Atomium, la visite des Jardins du Fleuriste s’intègre parfaitement dans un projet de visite de ce quartier décentré de la capitale de l’Europe. Car voilà bien un quartier qui mérite le détour si vous visitez Bruxelles et que vous y restez plus d’une journée (ce que je vous recommande !).

Infos pratiques

  • L’accès aux jardins du Fleuriste se fait par le Parc Sobieski et l’avenue Jean Sobieski,  par l’avenue des Robiniers, ou encore par la rue Médori.
  • Arrêt de métro : Stuyvenbergh
  • Visualisez sur Google Maps

Et pour savoir tout, tout, tout sur ce joli parc, consultez la fiche-info des jardins du fleuriste, concoctée par Bruxelles Environnement.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.