Nideggen dans l’Eifel : château & rochers de grès rouge

À deux heures de route de Bruxelles, l’Eifel est une région parfaite pour se reconnecter avec la nature et découvrir des petites cités médiévales, souvent méconnues, mais tout à fait charmantes.

Décembre 2022. Une semaine en famille, au milieu des bois, (presque) seuls au monde ! Tel était notre projet pour fêter dignement la première Saint Nicolas de notre premier petit-fils. Pour héberger la smala, nous avons loué une jolie villa isolée, uniquement accessible par une piste forestière pentue et ravinée.

Une semaine surprenante, puisque le lundi matin, au réveil, ô surprise … tout est blanc ! La première neige de la saison nous ravit tant le décor est féérique. Les branches des sapins ploient sous la neige, l’air est vif et piquant. Seule crainte : allons-nous pouvoir quitter ou remonter jusqu’au gîte dans ces conditions ?

En prévision d’éventuelles nouvelles chutes de neige (annoncées par les applis météo), nous partons en urgence faire des courses pour tenir un siège … au cas où. Et nous avons bien cru ne jamais pouvoir remonter en voiture jusqu’au gîte. Cela patinait allègrement …  Heureusement (ou pas … selon les points de vue), la neige a fondu et tout est rentré dans l’ordre.

Nideggen, aux portes du Parc National de l’Eifel

Nideggen est une petite ville située en bordure du parc national de l’Eifel. Elle trône fièrement, depuis le Moyen-Âge sur une colline surplombant la vallée de la Rur, dans le Rureifel. Düren est à 20 km et Aix-la-Chapelle à 50 km. Le lac de barrage de la Rur est tout proche.

Surtout connue pour son château médiéval et les rochers de grès colorés qui émergent des forêts environnantes, la petite ville a su conserver intact le charme de son centre historique.

Deux portes donnent accès à la vieille ville. Nous pénétrons dans la partie historique par la Zülpicher Tor, une imposante porte à trois étages datant du 14e siècle.  Le centre historique se parcourt à pied en quelques minutes à peine. Puis, depuis la place centrale du marché, une route pavée mène au château.

Le château de Nideggen, témoin impressionnant d’un âge d’or médiéval

Le château-fort de Nideggen était autrefois le siège des puissants comtes et ducs de Jülich. Érigé à partir de 1177, dans la zone frontalière stratégique de l’ancienne seigneurie de Monschau, il devait protéger ce territoire contre les intérêts de l’archevêque de Cologne.

Perché sur son éperon rocheux, il avait la réputation d’être imprenable. Il était à l’initiale constitué d’une tour principale (le donjon actuel, transformé en musée), d’un mur d’enceinte et de bâtiments de service.

Pour rappel : Au Moyen-Âge, les châteaux forts avaient principalement deux fonctions : d’une part, ils devaient refléter la puissance du seigneur et, d’autre part, protéger les habitants contre les agresseurs.

© Photo www.kreis-dueren.de

Le parking à l’entrée du château, vide à cette époque de l’année, est un bon point de départ pour allier visite du château et courte promenade dans la forêt. La cour intérieure est libre d’accès et les sentiers de randonnée démarrent au pied du château.

Un peu d’histoire

Le château connaît son âge d’or culturel et architectural entre le 13e et le début du 16e siècle. Constamment agrandi, il était comparable à cette époque au prestigieux château de Heidelberg ou à celui de Marburg, que j’ai également eu l’occasion de visiter.

En 1356, les comtes de Jülich sont les maîtres du Bas-Rhin. Leur château est de ce fait un centre politique et culturel de premier plan. Mais le vent tourne en 1542, lorsque l’empereur Charles Quint détruit pour la première fois le château. Par la suite, d’autres attaques et un tremblement de terre mèneront progressivement et inexorablement à la ruine de ce château jadis si imposant.

Il faudra attendre 1902 pour que le château soit (partiellement) restauré. Il sera ensuite utilisé comme musée local à partir de 1922. À nouveau détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, puis restauré au début des années 50, le château de Nideggen abrite depuis 1979 un musée des châteaux forts, qui plonge les visiteurs dans l’époque des chevaliers et des fêtes féodales.  

La salle des chevaliers

Le château de Nideggen fut doté en 1347 d’une salle des chevaliers gothique à deux étages de 61 x 16 mètres. Avec ses quelque 1000 mètres carrés, ce « palais » impressionnant, comparable à la salle impériale d’Aix-la-Chapelle et au Gürzenich de Cologne, était l’une des plus grandes salles de fête d’Allemagne de l’époque.

Pour rappel : Au Moyen-Âge, le palais (lat. palatium) était le bâtiment d’habitation principal, équipé d’une salle à manger, d’une salle de réunion et d’une salle de travail pour le seigneur du château. La salle des chevaliers servait de cadre aux fêtes organisées après les tournois. De nombreuses fêtes du château de Nideggen sont passées à la postérité.

Le « palais » de Nideggen fut construit, comme c’était généralement le cas à l’époque, sur le côté du château où la pente était la plus forte. En effet, avec la maçonnerie la plus fine du château, il constituait le point faible du château et était donc une cible privilégiée pour les ennemis qui s’approchaient.

Promenade dans la forêt environnante

La forêt qui entoure le château de Nideggen offre de superbes points de vue sur la vallée de la Rur. De plus, d’imposants rochers de grès coloré surgissent un peu partout au détour du chemin. Ces falaises, formées il y a quelques 500.000 ans, doivent leur surprenante couleur rouge à l’oxyde de fer présent dans la roche.

À partir du château, plusieurs balades bien balisées, mènent à différents belvédères, comme le Hindenburgtor ou le Christinenlay, qui offrent de merveilleux points de vue et perspectives sur la Rur, le château et les forêts environnantes.

Nous rejoignons un petit sentier qui contourne l’imposant rocher sur lequel trône le château et nous le suivons jusqu’à la Buntsandtsteinroute. Ce sentier forestier, parfois étroit et rocheux, serpente à flanc de colline, de belvédère en point de vue, longeant ou contournant d’impressionnantes formations rocheuses.  

Ici et là, des bancs invitent à s’arrêter et à faire une pause dans un décor de rêve. 

Le chemin à travers la forêt est magnifique. Les feuilles d’automne bruissent sous les pieds, l’air est piquant et la nature jette ses derniers feux en cette fin d’automne. À travers la ramure et les hautes futaies, on aperçoit, ici et là, la vallée de la Rur en contrebas.

Buntsandsteinroute : un chemin de randonnée à la découverte de surprenantes falaises

La Buntsandsteinroute (route du grès coloré) s’étend sur près de 40 kilomètres de Kreuzau à Heimbach. Ce chemin de randonnée traverse des forêts denses et variées, longe des parois et formations rocheuses colorées qui lui ont donné son nom. En été et en automne, on y rencontre de nombreux grimpeurs.

Bon à savoir : Les falaises de grès de la vallée de la Rur sont très appréciées des grimpeurs. Toutefois, pour y faire de l’escalade, il faut obtenir un ticket, ce qui permet d’éviter qu’il y ait trop de grimpeurs en même temps dans la réserve naturelle.


Les formations rocheuses aux formes inattendues rendent la randonnée passionnante pour les petits comme pour les grands. Toutefois, il vaut mieux avoir le pied sûr car certaines petits sentiers à flanc de colline peuvent impressionner ceux qui auraient le vertige.  

Que faire dans le parc national de l’Eifel ?

Pour ceux qui ne connaissent pas l’Eifel, je recommande une escapade d’un week-end ou plus pour découvrir ce tout jeune parc national (créé en 2004). Sa devise en dit long :  « Laisser la nature être la nature ».

Ici, des milliers d’espèces animales et végétales menacées, dont certaines espèces rares comme la cigogne noire ou le grand-duc, peuvent à nouveau s’épanouir dans des habitats protégés, indispensables à leur survie.  

Lors de notre court séjour, nous avons croisé des biches et aperçu des rapaces, sans oublier bien sûr les habituels lapins, écureuils et autres frêles silhouettes qui s’esquivaient à notre approche.

Le paradis des randonneurs : 240 km de chemins balisés

Le parc national d’Eifel s’étend sur 110 km² et est parcouru par 240 km de chemins de randonnée. C’est donc le paradis des randonneurs et des amoureux de nature.

Vous trouverez sur différentes applications une sélection de randonnées de longueur et difficulté variées. Ainsi, mon appli préférée, Komoot, liste ici ses 20 plus belles randonnées dans l’Eifel.  

Bivouac en pleine nature

Pour les amateurs de bivouac, le parc naturel des Hautes Fagnes-Eifel propose depuis 2016 une chouette expérience : pour 10€ par nuit, il est possible de réserver un emplacement de camping isolé en pleine nature.  Chaque endroit de bivouac, uniquement accessible à pied via des chemins de randonnée, est équipé de toilettes à compost, d’une plateforme en bois qui peut accueillir jusqu’à deux tentes et d’une table de pique-nique (les coordonnées GPS de l’endroit vous sont communiquées lors de la réservation). Idéal (et légal) pour ceux qui ont envie de passer une nuit en pleine nature. En plus, certains points de vue sont juste sublimes.

Wildnis Trail : un trek de 4 jours

Pour les amateurs de randonnée au long cours, qui disposent d’un peu plus de temps, le Wildnis-Trail les emmène au cœur de la beauté sauvage de l’Eifel en quatre étapes et 85 kilomètres, de Montjoie à Nideggen. Avec des étapes quotidiennes entre 18 et 25 km pour explorer la région.

Toutes les explications (en français) sont disponibles sur le site du Parc National Eifel.

Une croisière sur les lacs de la Rur

À partir du mois d’avril, la région des lacs de l’Eifel, avec ses trois lacs et ses huit embarcadères, se prête à différentes croisières de 1 à 4h, qu’il est possible de combiner avec une randonnée à pied ou à vélo.

© Photo : Christoph Paulus – www.rursee-schifffahrt.de

En savoir plus sur le Parc National de l’Eifel  

Les informations en français ne sont pas légion mais il en existe :

4 réponses
  1. Pierre dit :

    Hello,

    Le hasard des choses fait que j’ai fait cette belle balade hier et que je découvre votre petit partage ce matin 🙂
    Je confirme que c’est un bel endroit et une superbe petite balade à faire en famille: sentiers, points de vue, formations rocheuses en grès rouge, château….. tous les éléments sont réunis pour un bon moment.
    Si vous avez d’autres inspirations du même genre, je suis intéressé 😉

    Bonne journée,

    Pierre

    Répondre
    • Christiane dit :

      Merci pour votre commentaire.
      Je confirme, l’Eifel est une superbe région pour les amoureux de nature et de randonnées.
      Je prépare un autre article sur une promenade sympa autour du barrage d’Heimbach … à suivre donc pour une autre belle découverte 😉

      Répondre
  2. Nicolas dit :

    Votre blog est vraiment génial. Je l’ai découvert par hasard en cherchant « clochers typiques de la Champagne » sur Google 🙂
    Comme vous, j’apprécie les coins perdus et les monuments historiques.
    Jetez un oeil à mon blog http://www.myatlas.com/nico9
    Sinon, le portail myatlas regroupe les blogs de centaines de voyageurs passionnés.
    Bonne année 2023 et au plaisir d’échanger à l’occasion!

    Répondre
    • Christiane dit :

      Merci pour votre commentaire enthousiaste !
      Excellente année 2023 à vous aussi, pleine de belles découvertes et d’escapades vivifiantes pour l’âme et l’esprit.
      J’ai jeté un œil à votre blog : de très belles photos et des chemins de rêve ! Et quelques régions que nous avons parcourues et appréciées par le passé : Aubrac, Haute-Loire, Quercy …
      Au plaisir de vous croiser ici ou ailleurs …

      Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.