Si je vous dis Cinque Terre, vous visualisez sans doute cinq villages colorés, perchés sur leur roc face au bleu infini de la mer. Vous en trouverez d’ailleurs d’innombrables clichés sur internet. Des photos aux couleurs parfois très peu naturelles …

Mais qui s’intéresse aux habitants qui ont façonné cette terre incroyable et qui sait comment se sont construits ces villages serrés sur leurs promontoires ou de quoi vivent aujourd’hui les autochtones (en dehors du tourisme) ? Une seule façon de le découvrir : aller voir sur place ! Non pas un jour à toute allure pour enfiler les 5 villages comme les perles d’un collier de pacotille, mais une semaine entière, de préférence à l’écart de la foule, pour y vivre au plus près de la nature, à son rythme lent et mesuré, arpenter ce petit coin d’Italie qui sait cultiver et préserver son mystère.

Manarola – Cinque Terre

Juin 2016. Première semaine d’un périple en Italie. Les Cinque Terre me tentaient depuis longtemps. Mais pas à la va-vite comme le font trop de touristes. Ce serait vraiment dommage de passer à côté de l’essentiel qui, je le pressens, est digne d’un grand cru.

Alors, pour prendre la mesure des lieux, j’ai envie de nous donner le temps de les savourer, de musarder et de traquer les pépites en chemin. Une semaine, c’est bien peu de chose … mais le gîte choisi est déjà une aventure en soi et je préfère rester prudente !

Cinque Terre : un parc naturel classé au patrimoine de l’Unesco

Depuis 1997, le Parc National des Cinque Terre est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, tout comme sa voisine Portovenere et les îles de Palmaria, Tino et Tinetto. C’est le plus petit parc national italien. On le qualifie « d’anthropisé » car le paysage et l’écosystème y ont été transformé par l’action de l’homme. Dans le cas de Cinque Terre, un incroyable paysage de terrasses séculaires qui plongent dans la mer en font un panorama unique.

Pourtant, comme beaucoup, je ne connaissais des Cinque Terre que ces cartes postales des cinq villages archi-médiatisés : Monterosso, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore.

Manarola – Riomaggiore – Vernazza

Certes, ces villages valent à eux seuls le détour, mais à mon avis, ramener toute cette région à ces cinq figures de proue, c’est fort réducteur. Les Cinque Terre, c’est bien plus que cela ! C’est avant tout une terre difficile que l’homme s’est évertué à cultiver, une géographie accidentée, des paysages à couper le souffle … qui demandent de prendre du recul et de la hauteur  pour en apprécier toute la richesse.

Séjourner dans l’un des cinq villages bondés de touristes … non merci ! Par contre, trouver un point de chute à l’écart pour goûter une nature authentique, voilà qui me dirait déjà plus.

Les vignobles au-dessus de Manarola

Les vignobles au-dessus de Manarola

J’ai donc cherché longuement … et j’ai fini par trouver la perle rare. Émoustillée par avance à l’idée de l’expérience qui nous attend ! Certes les indications précisent que l’endroit demande un minimum de condition physique mais le lieu semble tellement magique que je décide que l’effort en vaut la chandelle  …

C’est décidé. Nous passerons une semaine à flanc de côteau, dans une petite maison qui offre une vue vertigineuse sur la mer ligure. C’est le cercle rouge tout en haut de la photo.

Localisation du gîte La Volpe e l'Uva

Localisation du gîte La Volpe e l’Uva dans les Tramonti à 8km de La Spezia

La Volpe e l’Uva Mare : un coin de paradis préservé

Les possibilités de logement en dehors des cinq villages ou des villes en bord de mer, comme La Spezia ou Levanto sont moins nombreuses et plus rustiques. Mais ce n’est pas pour nous déplaire. L’important est de trouver le bon équilibre pour s’y sentir bien (pour nous, cela veut dire bonne literie, sanitaire et cuisine correctement aménagés et un minimum de confort pour passer des jours paisibles).

A force de parcourir les offres de location, carte à l’appui, pour imaginer l’accessibilité des lieux et surtout les possibilités de rayonner à partir de ce point fixe, j’ai fini par trouver un endroit de rêve (en tout cas selon mes critères). C’est tellement « paumé » qu’il m’a fallu scruter les cartes pour le trouver !

Point rouge = La Volpe e l’Uva – dans les Tramonti => accessible via la SP370 => parking après le premier tunnel + 10-15′ à pied

La Volpe e l’Uva se situe sur les hauteurs, à flanc de coteaux, près de la localité de Fossola dans les Tramonti. A 8km à peine de La Spezia par la route départementale qui rejoint les villages des Cinque Terre par l’arrière-pays. Cette proximité de La Spezia est idéale pour faire les courses au retour d’une excursion.

Fossola est un bon point de départ pour visiter les villages des Cinq Terre par la route. Et le plus proche, Riomaggiore, n’est qu’à 10 minutes en voiture. Enfin, l’endroit est idéal pour les marcheurs puisqu’il se situe à  la croisée de plusieurs sentiers de randonnée qui sillonnent le parc national.

Néanmoins, j’ai longuement hésité et tout vérifié pour m’assurer de la « faisabilité » du projet pour des soixantenaires ! Habiter à flanc de colline, dans une maison isolée, ne nous posait pas de problème. Le seul hic : la maison est uniquement accessible à pied, en empruntant un sentier qui serpente entre vignes et parties boisées. Il faut compter 10-15 minutes (dans notre cas, bon 15 min) à pied à partir du parking privé où on laisse la voiture.

Après une rapide mise au point, nous décidons de tenter le coup ! Nous ne le regretterons vraiment pas (nous aurons juste un petit doute le premier jour, en arrivant, à bout de souffle, en haut du petit chemin qui mène à ce lieu magique … mais cela n’a duré qu’un bref instant, le temps de récupérer (car même en allégeant les bagages, les porter pendant 15 min. peut vite devenir pesant). Néanmoins la récompense là-haut vaut tous les efforts. C’est encore mieux que les photos d’Airbnb. La vue est fa.bu.leu.se !

Vue de la Volpe e l'Uva

Vue d’une des terrasses de la Volpe e l’Uva

La Volpe e l’Uva est une petite maison blanche, située à 250 mètres au-dessus du niveau de la mer, complètement immergée dans la végétation méditerranéenne, à l’abri des regards indiscrets, avec une vue à 180° sur la mer.

Au bout du chemin … la magie !

La maison n’est pas grande : deux pièces tournées vers la mer et une salle-de-bain. Mais elle est complétée par 3 grandes terrasses dallées, un grill et un four à pizza extérieur. Nous nous y sentons immédiatement merveilleusement bien …

Dehors, face à la mer … de l’aube à la nuit 🤩

D’autant que le temps radieux nous invite à rester dehors du matin jusqu’au soir. Depuis l’expresso du déjeuner en pyjama ; puis tout au long de la journée pour lire, rêvasser et regarder les bateaux ; enfin, le soir venu, pour prendre l’apéro après nos escapades, admirer le coucher de soleil ou encore contempler les étoiles …

coucher de soleil sur les Cinque Terre

Bref, profiter de la mer et du ciel, de la quiétude des lieux, de cette douceur de vivre si typique des pays du sud. Cela semble d’ailleurs être le souhait de notre hôte, puisqu’il nous accueille avec ces vers de Lucrèce :

Pour vous les larges étendues de l’océan rient et le ciel s’illumine d’une lumière débordante.

Alors, oui un tel paradis se mérite ! Mais le chemin fait déjà partie de la magie des lieux. Car il oblige à repenser sa manière de vivre. Comme tout se porte à dos d’homme ou à bout de bras, on réfléchit à deux fois à ce que l’on emporte comme courses ou comme bagages. Les poubelles aussi doivent être déposées dans les containers au parking … autant de petits détails qui forcent à se contenter de l’essentiel. Et finalement, cela fait un bien fou !

Sentier depuis Fossola pour accéder au gîte La Volpe e l’Uva

Le parking de Fossola sur la départementale SP370, est notre point de retour au monde moderne. Nous y abandonnons sans déplaisir nos connexions wifi et même la 4G (très épisodique au gîte). On quitte la départementale juste après le premier tunnel après Bassia, au niveau du parking de la coopérative agricole (qui vend soit dit en passant d’excellents produits locaux – vin, limoncino, huile d’olive, biscuits et douceurs). Une barrière donne accès à une minuscule route privée qui mène à un autre parking réservé aux habitants du coin.

Route d’accès et parking privé – Fossola

Tramonti

L’endroit où nous séjournons fait partie des Tramonti, ce tronçon de côte d’environ 7km qui s’étend de Riomaggiore à Portovenere. Quatre hameaux (invisibles sur la majorité des cartes, y compris Google Maps) le constitue d’est en ouest : Persico, Schiara, Monestori (et ses fameux escaliers) et Fossola où nous débarquons. Fossola a même sa minuscule église, dédiée aux anges gardiens (Chiesa Angeli Custodi que vous trouverez sur Google Maps mais à laquelle vous n’accéderez qu’à pied … les choses rares se méritent !).

Tramonti, c’est l’autre visage des Cinque Terre, celui qui n’est connu que des marcheurs, des âmes aventureuses et des amoureux de nature préservée. Ici, la beauté verticale et sauvage des Cinque Terre est intacte. On est très loin des couleurs pastel, des boutiques de souvenirs, et des « selfie spots » pour Instagram.

Vue plongeante sur les maisons de Fossola & Monesteroli

Dans les Tramonti, on se trouve entre mer et ciel, au milieu des vestiges d’une vie rurale quasi révolue. Avec des panoramas incroyables. Des caps et des rochers qui plongent dans le bleu infini. Avec ici et là une grappe de maisons qui s’accrochent entre coteaux et falaises, des habitations modestes seulement accessibles par d’improbables sentiers et d’interminables escaliers qui n’en finissent pas de plonger vers la grande bleue.

Maisons dans les vignes - Tramonti - Cinque Terre

Maisons dans les vignes – Tramonti

Une chose est sûre, pour comprendre l’âme de ce terroir, il ne suffit pas de visiter les villages pittoresques de la côte, il faut adopter le rythme des autochtones et emprunter les mêmes chemins.

Chemin vers Fossola - Cinque Terre

Chemin vers Fossola – Cinque Terre

Plusieurs sentiers de randonnée sillonnent les environs. Ils offrent des points de vue imprenables sur la mer, les toits rouges, des escaliers vertigineux qui descendent vers la mer par des marches en pierre, patinées et fatiguées, des kilomètres de murets en pierres sèches, des cultures et des vignobles étagés sur les terrasses gagnées à la verticalité, à quelques centaines de mètres au-dessus des falaises et des criques secrètes.

Tramonti vu de la mer

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.