Bruxelles en vert et contre tout ! Dès que j’en ai l’occasion, je prends la tangente verte. A Bruxelles, rien de plus facile, surtout à la périphérie ! Quel que soit le quartier, il ne faut que quelques minutes pour retrouver le calme des allées d’un parc ou même les sentiers et sous-bois de la forêt de Soignes toute proche. Une belle manière de rester connecté à la nature.

Bruxelles en vert

Les espaces verts publics constituent 23% de la superficie de la Région de Bruxelles Capitale. Et on compte des dizaines de parcs dans l’ensemble de l’agglomération bruxelloise, sans compter le bois de la Cambre et la forêt de Soignes en périphérie.

Bruxelles n’est peut être pas la capitale la plus verte d’Europe mais une chose est sûre, il y fait bon vivre. La campagne et la forêt ne sont jamais très loin !

Avec ses 23% d’espace vert, Bruxelles décroche la 27e place du palmarès des villes les plus vertes établi par le site de réservation de vacances TravelBird. Anvers arrive 39e avec 19,2% de verdure.
Tout en haut du classement, on retrouve Prague, qui atteint 56,7% d’espace vert global, suivi de Madrid (45%), Vienne (42,7%) et Edimbourg (41,8%).

Bruxelles en vert : mes 3 parcs fétiches à la périphérie Est

Habitant à proximité du quartier européen, je peux très rapidement atteindre les parcs de l’Est de Bruxelles. Voici mes préférés.

Parc Tournay Solvay

Situé à Watermael-Boitsfort, en lisière de forêt de Soignes, ce magnifique parc paysager de 7 hectares date de la fin du XIXe siècle.

Le château centenaire situé au milieu du parc, racheté à la famille Solvay par l’Etat belge, est longtemps resté à l’abandon, victime de la bruxellisation (forme de spéculation immobilière propre à Bruxelles).  Squatté, puis ravagé par un incendie en 1982, il devrait bientôt être rénové pour devenir un centre scientifique interuniversitaire.

Heureusement, le splendide parc aux arbres centenaires continue à être amoureusement entretenu et est ouvert au public. De délicieux sentiers serpentent à travers massifs et pelouses. C’est un lieu propice à la rêverie et à la détente.

Des jardins classiques à la zone humide de l’étang en contrebas, des pelouses où il fait bon s’allonger en été au jardin potager, sans oublier la roseraie, les vieux vergers, les petits ponts et les cascades … la promenade n’a rien de monotone !

Le potager est entouré de hauts murs abritant des fruitiers palissés. Il a été rénové à l’ancienne et est aujourd’hui exploité par des privés.

Parc de Woluwe

Plus proche encore de chez moi, le parc de Woluwe est délimité par deux grands axes urbains, l’avenue de Tervueren et le boulevard du Souverain. J’y vais parfois à pied (quand je suis courageuse ^^).

Ici la ville n’est jamais très loin mais il est néanmoins possible de se perdre au fond d’un vallon ou dans les parties les plus reculées du parc, pour s’extraire quelques minutes aux bruits de la ville et prendre un vrai bain de nature et de (quasi) silence.

Ce parc a été conçu à la fin du 19e siècle, à l’occasion de l’Exposition Universelle, sur les restes de l’ancien bois de Mesdael, connu pour son vallon du Diable, qui a sans doute légué son nom à l’actuel pont du Diable.

Une ancienne voie de chemin de fer vicinal, reconvertie en voie verte délimite un côté du parc. À noter qu’elle s’insère dans la promenade verte de Bruxelles (dont je parlerai une autre fois), soit plus de 60km accessibles aux seuls piétons et vélos.

Ce parc paysager à l’anglaise, sillonné de petits chemins qui serpentent à travers pelouses, bosquets et plans d’eau est un lieu apprécié des familles, des scouts et des étudiants. C’est qu’il y fait bon réviser, papoter, jouer, lire ou rêver. Chacun y trouve son petit coin de paradis. Trois étangs artificiels, alimentés par le ruisseau du Bémel, accueillent canards, cygnes et hérons.

Enfin, le parc compte de nombreux arbres remarquables. Et autant de bancs pour les admirer …

Arboretum de Tervuren

Probablement moins connu (même des Bruxellois), c’est un de mes lieux de promenade de prédilection. J’en ai découvert tout le potentiel il y a quelques années, à l’occasion de séances de marche nordique. Semaine après semaine, nous l’avons sillonné par des chemins et sentiers chaque fois différents.

Magnifique en toutes saisons, j’aime particulièrement l’arboretum en automne. Il se teinte alors de mille nuances mordorées, pourpres ou fauves. Un vrai régal !

En 1902 le Roi Léopold II fit planter ici des variétés d’arbres originaires d’Europe, d’Asie et des Amériques. C’est ainsi que cet endroit unique, proche de la Forêt de Soignes et du Musée de Tervuren, est devenu un formidable observatoire des forêts du monde.  700 espèces et variétés d’arbres y cohabitent sur une centaine d’hectares. L’arboretum est divisé en deux sections, le Nouveau Monde et l’Ancien Monde, qui présentent les différents types de forêt des différentes parties du monde. Pour en savoir plus, je vous invite à télécharger la plaquette du Warandepoort.

Et pour ceux que cela intéresse, vous trouverez ici une liste exhaustive des espèces d’arbres visibles dans l’arboretum.

Enfin, pour les marcheurs, je vous recommande la promenade royale, une superbe balade qui vous fera faire le tour de l’arboretum (7,5 km) sur d’agréables sentiers.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.