Coxyde 1958: premières vacances à la mer

Comme ce fut le cas pour beaucoup d’enfants de ma génération, mes premières vacances ont pris la forme d’un séjour prolongé à la côte belge, ce petit bout du littoral de la mer du Nord, très (trop) densément urbanisé qui s’étend sur 66 km, de La Panne à Knokke-Heist.

Chaque année, mes parents émigraient joyeusement pour 4 semaines à la mer. Au mois de juin tout d’abord (tant que je ne fréquentais pas l’école primaire) puis au mois d’août !

Un auteur belge, Yvan Dusausoit,  a très bien décrit  dans son livre Mer du Nord : Plages d’enfance ce qu’il appelle «la cour de récréation du pays».

Sans haies ni clôtures, exposée au soleil et au vent, la plage repose au cœur de chacun comme un jardin secret. Le littoral est aussi, d’un pays à l’étroit, la seule fenêtre ouverte où viennent respirer les habitants. Ils y retrouvent leurs racines enfoncées profondément dans le sable à la manière des oyats. Car la Côte, autrefois désertique, a toujours représenté la page blanche où s’écrivent les rêves. On y a bâti des villes de fantaisie, pour sans cesse les démolir et les reconstruire. Comme au théâtre ou au Far West. Et ce pays de l’instant a sa culture, son patrimoine, essentiellement ludique.

J’ai assez peu de souvenirs des toute premières années à Coxyde. Maman évoquait les promenades vers le moulin, le petit train touristique, le village en retrait de la côte, les dunes  … mais, pour moi, ce sont surtout les bonheurs simples de l’enfance qui me resteront en mémoire : châteaux de sable, coquillages, fleurs en papier, cuistax et parties de ballon sur la plage.

612_001

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *